Le ministre des Droits humains condamne les propos du secrétaire général de l’UDPS) contre le FCC

0
338

Kinshasa, 12 novembre 2020(ACP)-. Le ministre des Droits humains, André Lite a condamné, mercredi, les propos du secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) contre le Front commun pour le Congo (FCC), particulièrement contre le ministre des Finances, Sele Yalaghuli.

Pour le ministre des Droits humains, les propos tenus par le responsable du parti présidentiel est une « incitation à la haine ». Ces déclarations sont aux antipodes de la démarche du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi qui organise les consultations nationales dans le cadre de l’Union sacrée.

«On a été gratifié par un des hauts responsables du parti présidentiel qui a cru bon, à ce moment précis, de menacer d’exil ses adversaires politiques qui sont du FCC pour ne pas les citer, en promettant le fait qu’on connaît les maisons de tous ces responsables du FCC en les menaçant d’exil. Ce sont des propos à réguler, sinon à condamner en tant que ministre en charge des Droits humain», a-t-il dit.

Par ailleurs, il a rappelé que le Président de la République n’a cessé de demander aux ministres de son gouvernement de lutter contre l’incitation à la haine, au tribalisme, à faire tout pour que les violences, sous toutes ses formes, cessent en RDC.

«Ces genres de propos peuvent entraîner à des situations que tout le monde peut déplorer. Ce qui est dommage en toute objectivité dans une situation des troubles, personne ne peut tirer profit, qui qu’il soit. On ne tire jamais profit d’une situation d’instabilité, quel que soit son camp, son statut. Le pays a besoin de la stabilité pour son avenir, pour l’avenir de ses enfants», a-t-il conclu, appelant les structures du parti à sanctionner ces propos en interne.

Lors d’une matinée politique tenue mardi dernier, Augustin Kabuya a accusé le FCC de Joseph Kabila de s’organiser avec le ministre des Finances Sélé Yalaghuli pour bloquer les fonds destinés à la paie des agents de l’Etat afin de les dresser contre le Chef de l’État, rappelle-t-on.

Le BCNUDH/RDC appelle les acteurs politiques de s’abstenir des discours pouvant porter atteinte à la paix et la cohésion sociale

La BCNUDH a, dans un document  parvenu jeudi à l’ACP, appelé les acteurs politiques de s’abstenir de tenir des discours pouvant porter atteinte à la paix et la cohésion sociale.

Cette structure des Nations Unies a condamné les propos incendiaires attribués à un responsable de l’UDPS, qui sont de nature à inciter à la violence.

Cette instance de l’ONU note que «les menaces contre les personnes et

leurs biens sont contraires à la loi et aux exigences d’une société démocratique».

Le BCNUDH  a invité les autorités à prendre des mesures pour prévenir et sanctionner leurs auteurs de ces discours discourtois et haineux. ACP/Zng/Awa