Lancement de la campagne de dépistage gratuit des hépatites virales B et C pour le personnel soignant du Centre Hospitalier Biopharm2 de Kinshasa

0
466

Kinshasa, 13 novembre 2020 (ACP).- La Fondation « Aurore », en partenariat avec le Centre hospitalier Biopharm2, a lancé, jeudi à Kinshasa, une campagne de dépistage gratuit et d’information sur les hépatites virales B et C pour les membres du personnel soignant de cet hôpital dans la commune de Kinshasa, au cours d’une conférence-débat organisée à cette occasion sous le thème « la prise en charge des hépatites virales B et C ». Cette campagne ira du 12 au 18 novembre 2020. Elle couvrira le dépistage des membres du personnel soignant du 13 au 14 novembre, suivi des consultations d’annonce des résultats du 16 au 18 du même mois.

L’animateur de la conférence, le Dr Pitshou Kengibe, Hépato-gastroentérologue aux cliniques universitaires de Kinshasa, a fait savoir qu’il existe plusieurs types d’hépatites,  à savoir A, B, C, D et E dont  certaines disparaissent après la contraction, tandis que celles dites B et C donnent les formes chroniques pouvant s’aggraver en cirrhose et cancer du foie.

Le Dr Kengibe a expliqué que l’hépatite A et E se contractent par les voies oraux-fécales ou l’hygiène défectueuse, les formes B et C par les voies sexuelles et materno-fœtale ou de la mère à l’enfant, et dans la moindre mesure par un sang infecté. Par contre la contamination de l’hépatite C est plus par la voie sanguine notamment lors des transfusions ou le don du sang non testés, l’utilisation des objets tranchants etc.

A en croire le Dr Kengibe, la seule façon pour se protéger contre cette maladie virale, surtout les formes les plus graves (B et C), est de disponibiliser des moyens contre les modes de contamination, c’est-à-dire vacciner dès la naissance tout enfant né d’une mère diagnostiquée hépatite B positif, se protéger lors des rapports sexuels, protéger et vacciner le ou la partenaire non contaminé, respecter les mesures d’hygiène universelles avant de manipuler le sang. Le traitement de l’hépatite C se donne pendant trois mois à l’issue desquels on passe au contrôle pour vérifier si le virus a été éliminé ou pas. Par contre, pour l’hépatite B, la prevention efficace est le vaccin et plusieurs traitements sont envisagés en cas de contamination.

Le médecin directeur du centre hospitalier Biopharm, le Dr Firmin Mudogo  Samba (interniste et infectiologue), a souligné que cette campagne commence d’abord par les membres du personnel soignant de ce centre, puis elle s’étendra ensuite à d’autres personnes en collaboration avec la zone de santé de Kinshasa. Le président de la Fondation « Aurore», le Dr Patrick Ngoma, a, à son tour, indiqué que l’objectif de cette campagne est de lutter contre les hépatites virales B et C qui sont des facteurs favorisant du cancer du foie dans une population à risque.

Des milliers de personnes travaillant dans des hôpitaux sont exposées au quotidien à contracter les formes les plus graves des hépatites (B et C) pouvant s’aggraver en cirrhose ou cancer du foie. La fondation «Aurore » lutte pour l’avènement d’un monde sans cancer.

Il a rappelé que chaque vendredi, la Fondation organise à son siège dans la commune de Lemba, quartier Salongo, des séances d’information et de dépistage gratuit des hépatites virales. Il a, à cette occasion, lancer l’appel aux autorités compétentes et aux partenaires de soutenir la démarche de dépistage et de vaccination des membres du personnel soignant dans le but de l’étendre à tous les hôpitaux du pays. ACP/ODM/Nig