Le sénateur Mutombo Mbwebwe, insatisfait des réponses du ministre des Ressources Hydrauliques

0
442

Kinshasa, 13 novembre 2020 (ACP).- Le sénateur Hippolyte Mutombo Mbwebwe, auteur de la question orale avec débat, adressée au ministre d’Etat, ministre des Ressources hydrauliques, Eustache Muhanzi Mubembe, sur les insuffisances de desserte d’eau en RDC, s’est dit insatisfait des réponses fournies par le gouvernement sur ses sous-questions et préoccupations exprimées jeudi 05 novembre dernier par les représentants des provinces. 

Dans sa conclusion, après les réponses du ministre d’Etat aux Ressources hydrauliques et électricité, au cours d’une séance plénière, au Palais du peuple, sous la direction du président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, le sénateur Hippolyte Mutombo Mbwebwe a fait savoir à la plénière qu’il avait décidé de transformer sa question en une interpellation, conformément au règlement intérieur du Sénat. Il le fera sous forme d’une déclaration qui sera soumise au Bureau de la chambre haute du Parlement. 

Pour l’élu de Lomami, le ministre d’Etat en charge des Ressources hydrauliques n’a pas répondu au sujet de la politique de son ministère sur la problématique de rendre responsables et capables les provinces sur la régularisation du service de l’eau.  

« Le ministère des Ressources hydrauliques et électricité navigue à vue », a-t-il dit. Il en est de même à propos du taux d’accès à l’eau potable par province : l’état des lieux de la vision année par année. Qu’est-ce-que l’Etat dispose dans ce cadre, et les partenaires de la RDC, quelles sont les autres actions à envisager pour intégrer réellement les autres composantes pour assurer l’accès à l’eau pour tous.

Au sujet des détails minéraux bactériologiques, le ministère aurait pu, selon lui, opter pour d’autres méthodes outre la chloration. 

De même concernant la cartographie, pour le sénateur Mutombo, les données existent pour les types de nappes. Il s’est appesanti également sur le financement et lui a demandé de s’associer à la déclaration de Paris. Les fonds devraient s’aligner sur le programme du gouvernement.

Concernant les dettes de la Regideso, Hippolyte Mutombo a relevé que l’Etat devrait aider cette société transformée en société commerciale, à recouvrer ses créances, tout en se basant sur l’équilibre des devoirs et obligations.

La Regideso mérite d’être auditée au plan interne et externe, a-t-il précisé, avant de dire un mot sur les forages qui font concurrence à la Régie congolaise de distribution d’eau qui doit devenir compétitive à ce propos. 

Il a conclu, en outre, par les déchets physiques et l’état de gratuité d’eau de même que l’importance d’enquêter sur le terrain au sujet du programme du Chef de l’Etat des 100 jours, alors que plus de 11 millions de FC ont été décaissés. ACP/ODM/Nig