Plaidoyer pour la  réouverture du cycle maternel dans les écoles publiques

0
359

Kinshasa, 20 novembre 2020 (ACP).- La préfète de l’Institut du 30 juin, Ngunza Kintadi a plaidé vendredi, dans la commune  de Kalamu, lors d’un  entretien vendredi avec l’ACP sur la journée internationale des assistants maternels célébrée  le 19 novembre de chaque année,  pour le renforcement et la réouverture du cycle maternel dans les établissements scolaires  relevant du secteur public.

Mme Kintadi qui s’adressait au gouvernement congolais, a jugé l’existence des écoles maternelles d’une opportunité offerte aux  parents occupés au quotidien dès les petites heures de la matinée jusque très tard d’avoir de l’assurance quant à l’encadrement de leurs enfants.

Pour l’oratrice qui insiste sur son plaidoyer, les écoles publiques qui ne disposent pas du cycle maternel devraient profiter de la gratuité pour ouvrir et rouvrir ce cycle afin de bien encadrer les enfants dès le bas âge.  .

 L’Institut du 30 juin est l’une  des  écoles de l’ ASBL ‘’La Fraternité’’, gérées par les frères catholiques  et anciens élèves des frères des écoles chrétiennes.

Nécessité d’enseigner  les tout petits en langues  nationales

 Par ailleurs, la directrice de l’école maternelle ‘’Les Petits Agneaux’’ située au Foyer social Djakarta  dans la commune de Kalamu ,  Annie Makiala, intervenant dans le même cadre de la commémoration de la Journée mondiale des assistants maternels, a recommandé à la direction   des programmes scolaires du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel(EPST) de  penser à l’introduction de l’enseignement en langues nationales au degré pré-primaire.

 Selon  elle, la plupart des parents se contentent, malheureusement de voir leurs gosses balbutier en  français, même  approximatif, sans se soucier de  leur aptitude à s’exprimer en langues nationales. Cependant, a-t-elle souligné les leçons liées à la religion, à la morale et au civisme devraient être données en langues nationales afin d permettre  un début concret de la crainte de Dieu, du respect d’autrui et de ses biens ainsi que celui de la personne humaine.

Toutefois, conclut-elle,  à l’heure de la mondialisation, l’élocution en langues internationales est incontournable,  notamment,  dans les affaires, les  sciences et la technologie mais cela ne doit pas exclure la connaissance des langues  nationales parlées dans son environnement. Il sied de rappeler que les « Petits AGNEAUX »,  est l’une des écoles maternelles de l’YMCA-YWCA  en RDC. ACP/Kayu/ODM/Nig