L’UE appelle les dirigeants du G20 à plus d’ambition en faveur d’un développement vert

0
67

Kinshasa, 21 novembre 2020  (ACP) –– De hauts responsables de l’Union européenne ont appelé vendredi les dirigeants du G20 à proposer des actions plus ambitieuses visant à bâtir un avenir plus durable, même si le principal sujet du sommet du G20 prévu pour samedi 21 novembre devrait être la lutte contre la pandémie de nouveau coronavirus, rapportent plusieurs sources d’informations reçues le même jour à Kinshasa.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont souligné lors d’une conférence de presse conjointe,  l’urgence et l’importance vitale de la lutte contre le changement climatique, en exhortant les partenaires du G20 à s’engager à mettre en œuvre pleinement et efficacement l’accord de Paris.

« La menace du changement climatique n’est pas moins urgente aujourd’hui qu’hier », a déclaré M. Michel. Il a préconisé une réforme de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour rendre les politiques commerciales internationales plus écologiques ainsi que l’élaboration de normes communes pour les « obligations vertes » qui mobilisent l’épargne pour des investissements verts.

« L’Union européenne a commencé à travailler sur ce point. Et nous pensons que le G20 devrait s’attaquer de toute urgence à la question mondiale du financement vert », a-t-il prôné.

Mme von der Leyen a de son côté noté que la moitié des membres du G20, tels que le Japon, la Chine, la Corée du Sud ou l’Afrique du Sud, s’étaient déjà engagés à parvenir à la neutralité climatique ou au moins la neutralité carbone d’ici 2050 ou peu après, ce qu’elle a qualifié de « grand pas en avant ». En septembre, la Chine a indiqué qu’elle visait à atteindre un pic d’émissions de CO2 avant 2030 et la neutralité carbone avant 2060.

« Parallèlement à la lutte contre le changement climatique, nous devons concentrer les efforts mondiaux sur la protection de notre nature et sur la lutte contre la perte alarmante de biodiversité que nous constatons dans le monde entier », a-t-elle exhorté.

Ursula von der Leyen a souligné la nécessité d’un accord mondial ambitieux lors de la prochaine conférence des Nations Unies sur la biodiversité à Kunming (Chine) en 2021, faisant valoir que la pression croissante sur la nature et la faune sauvage était un facteur majeur de l’augmentation des maladies zoonotiques et que c’est là « un terrain fertile pour de futures pandémies ».

Le sommet du G20 se tient virtuellement samedi et dimanche, sous la présidence du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz al-Saoud. ACP/CL/MPK