Deuxième assemblée publique de l’ONG «YMAE» sur la privatisation de l’éducation en RDC

0
575
????????????????????????????????????

Kinshasa, 23 novembre 2020 (ACP).- L’ONG «The Young men action for education (YMAE)» a organisé le week-end dernier dans la salle des fêtes «Mayalos», dans la commune de Lemba, sa deuxième assemblée publique en vue d’échanger avec les personnes ressources, notamment les élèves, les parents d’élèves, le public, les partenaires éducatifs, techniques et financiers ainsi que les organisations membres de la société civile sur la privatisation des services de l’éducation en RDC.

Cette assemblée qui s’est tenue dans la circonscription de Mont-Amba, rentre dans le cadre du projet de lancement et diffusion de l’étude sur la privatisation de l’éducation en RDC réalisée par la Fondation «Open society initiative for southern africa (OSISA)» pour laquelle YMAE ONG assure la diffusion.

Le secrétaire général de cette organisation, Serge Bondedi, a déclaré que cette activité a pour objectif principal d’encourager les débats publics autour de l’impact de la privatisation sur l’éducation des jeunes et la manière dont la pauvreté aggrave encore le fossé entre les riches et pauvres, afin de contribuer à l’amélioration de la gouvernance éducative de la RDC.

Il a relevé d’autres objectifs spécifiques de cette assemblée, entre autres, la présentation de cette étude aux participants, le rappel aux parties prenantes sur les rôles et fonctions de l’état pour permettre une offre plus efficaces des services de l’éducation et les conditions d’agrément des écoles énoncées par la Loi-cadre, telles que relevées dans l’étude ainsi que le recueil auprès de ces derniers des différents témoignages, recommandations, avis et considérations.

Une initiative saluée par les participants

Claude Akenawi, professeur d’histoire et d’éducation civique et morale au collège Sainte Christine de Makala, a, pour sa part, salué cette initiative visant à échanger avec le public autour des questions liées à la privatisation de l’éducation en RDC et à la gratuité de l’enseignement de base, plus particulièrement pour la ville-province de Kinshasa.

«Je tiens à exprimer ma reconnaissance envers l’ONG YMAE, parce que ce n’est pas tous les jours qu’on voit les organisations de la société civile venir rencontrer la population en vue de mener une interaction objective, favorable pour le développement de notre pays», a-t-il dit.

Répondant à une question lui posée autour de la gratuité, M. Akenawi a déclaré qu’en réalité, ce n’est pas la gratuité qui pose problème, mais le vrai problème tourne autour de sa gestion pratique, suggérant à l’Etat congolais de revérifier les à-côtés de la gratuité en prenant en compte tous les aspects à l’instar de la construction des infrastructures modernes capables de contenir tous les enfants et la création des bibliothèques permettant à l’enseignant d’être outillé afin de dispenser un enseignement de qualité aux enfants.

Il sied de rappeler que la première assemblée publique de l’ONG YMAE s’est tenue le samedi 14 novembre dernier à l’espace «La Grâce» dans la commune de Bumbu, dans la circonscription de Funa. Deux autres assemblées publiques sont prévues pour les circonscriptions de la Tshangu et celle de la Lukunga. ACP/Kayu/ODM/Nig/May