55 organisations de la société civile plaident pour le démarrage des travaux  du projet Inga 3

0
224

Kinshasa, 24 novembre 2020 (ACP).- Cinquante-cinq(55) organisations de la société civile, regroupées au sein de la Coalition des organisations de la société civile pour le suivi des réformes et de l’action publique (CORAP),  ont plaidé pour que le gouvernement annonce le début des travaux du  projet Inga 3, en attendant que toutes les préoccupations relatives à ce projet soient prises en compte.

Ils ont  lancé cet appel mardi, à Kinshasa, à l’occasion du démarrage de la campagne de sensibilisation sur les enjeux du projet Inga 3,    à mener sur l’ensemble du territoire national dan s le cadre de ce  projet.

M. Justin Mobomi, l’un des responsables du Centre national pour le développement et la participation populaire (CENADEP), a indiqué que la société civile a apporté, en sa qualité de partenaire de développement, son appui pour le développement du projet d’envergure depuis 2013, en le jugeant utile pour le pays.

Les préoccupations de la société civile, a-t-il  fait savoir, ont été adressées aux décideurs, notamment sur l’accès de la population à l’information, l’implication réelle de la société civile dans le processus, les études d’impacts sociaux et environnementaux du projet, le dédommagement des victimes d’Inga 1 et 2, et le problème du quota réel de l’énergie à attribuer à la population congolaise.

Le délégué du CENADEP a relevé, par ailleurs, que la société civile  soutient le développement du projet Inga 3, mais estime que les 12 milliards que nécessite ce projet dans le contexte politique et économique actuelle auquel la RDC est confrontée, n’est pas favorable, ajoutant qu’elle encourage le gouvernement à opter pour des solutions alternatives afin de booster le développement à la base.

Des actions à mener dans le cadre de la campagne de sensibilisation 

De son côté, le secrétaire technique de la CORAP, Emmanuel Musuyu, a présenté les différentes activités qui seront menées à Kinshasa et dans les provinces, sur les enjeux et sur l’avenir du projet Inga 3 en RDC  afin de permettre aux populations de faire le monitoring sur l’évolution de ce  projet et de susciter un débat de société autour du projet, en commençant par Inga 3.

Il s’agit, notamment,  a dit Musuyu,  de pousser les autorités étatiques en charge d’Inga 3 à mettre en place un mécanisme officiel devant faciliter  l’accès pour tous à l’information, conformément à la Constitution.

La RDC, rappelle-t-on, peut produire à lui seul 100.000 Mégawatts en hydroélectricité sur lesquels, seul le site d’Inga détient 44.000 Mégawatts, dont 1.775 MW sont exploités par Inga 1 (351MW) et Inga 2 (1.424 MW). En 2014, la RDC et la RSA avaient signé un traité pour la production sur Inga 3 de 4.800 MW dont 2.500 MW pour la RSA, 1000 MW pour les industries minières et le reste pour la consommation domestique.

ACP/FNG/ZNG/Cfm/Thd