Pas d’amnistie en faveur des auteurs de crimes graves à l’Est du pays, selon le ministre des Droits-Humains

0
552

Bunia, 24 novembre 2020(ACP).- Le gouvernement de la République ne prévoit pas d’amnistie en faveur des auteurs de crimes graves  commis par  les  forces négatives à l’Est de la République Démocratique du Congo en général, et la province de l’Ituri en particulier.

Le ministre des Droits-Humains, André Lite a fixé l’opinion  de  l’Ituri  sur ce sujet   au cours  d’une séance de travail organisée en présence du gouverneur ad intérim Martin Chalo, les membres du comité provincial de sécurité et  de toutes les communautés de cette jeune entité.

Il a toutefois laissé entendre que le gouvernement de la République ne peut plus tolérer que les auteurs de tueries à grande échelle continuent à se trimbaler à travers les différentes localités  de la province au nom du processus de paix.

« Au moins une chose est sûre, les criminels seront mis hors d’état de nuire. Pas des bandits dans notre armée que nous voulons républicaine, mais plutôt des gens braves. Nous n’allons pas reculer face à la violence parce que nous n’avons pas un autre pays à part ce pays. On ne peut pas  continuer à faire comme si tuer en désordre, s’attaquer aux femmes et aux militaires congolais, policiers c’est une sorte de sport national ! En vertu de quoi ?« , s’est-il interrogé.

Création d’un  fonds d’indemnisation des victimes

 Séance tenante, le ministre André Lite a annoncé que le gouvernement de la République vient d’initier deux(2) projets de décret, à savoir la création d’une commission de la justice transitionnelle, celle de la réconciliation et la création de fonds de l’indemnisation des victimes.

Par la même occasion, le gouverneur a.i. Martin Chalo Dudu s’est interrogé sur le sort des victimes de violences sexuelles et autres atrocités ainsi que le problème d’indemnisation des victimes après la condamnation de leurs bourreaux par la justice militaire.

Il est rappelé que l’accord de paix signé le 28 février 2020 entre le gouvernement central et le groupe armé FRPI ne concerne que l’amnistie sur les faits insurrectionnels et non les crimes graves comme le crime contre l’humanité.   ACP/Fng/Zng/Cfm/Thd