Renforcement des capacités des membres des commissions de recours, d’éligibilité et du personnel de la CNR

0
404

Kinshasa, 24 novembre 2020 (ACP).- Le secrétariat permanent de la Commission nationale pour les réfugiés (CNR) a organisé mardi à Kinshasa, une journée de renforcement des capacités pour les membres des commissions de recours, d’éligibilité et son personnel sur la protection des réfugiés.

Dans son mot d’ouverture, le vice-président de la CNR, Apollinaire Langba, délégué du ministère des affaires étrangères s’est réjoui de l’initiative de la CNR d’organiser, avec l’appui du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), une session de formation conformément aux exigences internationales en matière de protection des réfugiés.

L’organisation de cette journée se justifie par le souci d’améliorer sur le plan qualitatif l’examen des dossiers de demande d’asile, et surtout la désignation de nouveaux représentants des ministères et services qui doivent être outillés sur les notions élémentaires de protection internationale des réfugiés.

Apollinaire Langba a émis le vœu de voir de nombreux dossiers de demande d’asile être évacués par la CNR, avant de souhaiter que ces genres de formation puissent s’étendre aussi aux antennes provinciales de la Commission nationale pour les réfugiés sur l’inclusion et l’exclusion des demandeurs d’asile. «Cette requête me semble également valable pour tous les membres de la CNR, y compris le personnel du secrétariat permanent sur les thèmes d’exclusion pour préserver le caractère civil de l’asile et permettre l’examen des dossiers de demande d’asile dans le délai imparti par la loi», a recommandé l’orateur.

Auparavant, le représentant adjoint du HCR chargé de protection, Pierre Atchom, avait reconnu que la RDC a un système de protection efficace. Il est donc utile, a-t-il estimé, de réunir tous les acteurs qui interviennent dans les activités d’examen des dossiers de demandeurs d’asile jusqu’à la prise de décision par la commission d’éligibilité pour parler un même langage.

Pour lui, cette réunion a consisté à la combinaison des efforts de chacun, au partage de différentes expériences de terrain pour relever les défis de la procédure d’éligibilité au statut de réfugié. «Avec le renforcement  des capacités, l’objectif commun est de traduire la volonté politique de l’Etat congolais de respecter ses engagements internationaux ainsi que la tradition légendaire du peuple congolais  d’accueil et d’hospitalité», a dit le délégué du HCR qui a remercié le gouvernement congolais pour avoir ressenti le besoin d’organiser cet atelier  afin que les 1.119 personnes qui sont en attente d’une décision depuis de longs mois, puissent trouver une solution à leur requête.

Les participants ont suivi l’intervention de Martin Kabala ainsi que d’autres experts du HCR sur le mandat de cette agence des Nations unies, les conventions de 1951 et de l’OUA de 1969. ACP/