Beatrice Lomeya plaide pour la mise sur pied d’un « basket fund »

0
172

 Kinshasa, 26 novembre . 2020 (ACP).- La ministre d’Etat, ministre en charge du Genre, famille et enfant, Béatrice Lomeya Atilite, a fait mercredi, un plaidoyer, devant les acteurs au développement, en vue de mutualiser les efforts et mettre en place un « basket fund » pour mener des actions idoines pendant la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre, à l’occasion du lancement de la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre.

Il s’agit, a dit la ministre Lomeya, de mettre des financements urgents à la disposition des intervenants dans la lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), tant pour la prévention que pour la réponse y compris la réparation et la réinsertion des victimes, de veiller à ce que les services destinés aux survivantes de la violence à l’égard des femmes soient accessibles.

Mettre en place des mesures préventives appropriées et collecter des données dans le respect strict des normes éthiques et de sécurité ainsi que l’amélioration des services/programmes figurent au nombre de ces actions. La ministre Lomeya s’est dit convaincue que la mise en place des centres intégrés des Services multisectoriels de prise en charge des survivantes des violences basées sur le genre (CISM) sur toute l’étendue du pays demeure une réponse appropriée.

S’agissant de la pandémie liée à la COVID-19, Mme Lomeya a déploré la démultiplication des actes des violences envers les femmes et les filles durant la période de confinement, avant de déplorer  certaines pratiques préjudiciables comme les mariages forcés et précoces exacerbées dans la clandestinité. Parmi les facteurs de risque pouvant exacerber ces violences à l’égard des femmes et des filles, il a été relevé des risques de la violence à l‘égard des femmes et des filles, notamment les pénuries de nourriture, le chômage, l’insécurité économique, la fermeture des écoles, les flux migratoires massifs et même la menace de troubles civils.

Débutée le 25 novembre pour se clôturer le 10 décembre 2020, lors de la célébration de la Journée internationale des droits de l’homme, l’édition 2020 a pour thème international « Orangez le monde : financez, intervenez, prévenez et collecter ». ACP/Kayu/ODM/KJI