Albert Yuma reconduit à la tête de la FEC pour un mandat de 3 ans

0
289

Kinshasa,  26 novembre 2020 (ACP).- M. Albert Yuma Mulimbi a été reconduit à la tête de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) pour un mandat de trois ans, à l’issue de l’assemblée générale élective du conseil d’administration de cette institution, tenue jeudi à Kinshasa, sous la direction de Jean-Pierre Kiwakana.

Dans son mot de circonstance, Albert Yuma Mulimbi, qui est à la tête de cette organisation depuis 2005, a promis de travailler au côté du gouvernement pour contribuer au développement économique du pays et de s’impliquer davantage pour défendre les intérêts de la fédération contre toute influence politique.

« Cette année, au niveau  national,  l’économie n’a pas été épargnée des effets dévastateurs de la Covid-19. Avec une structure économique à dépendance vers les exportations des matières premières et l’importation des denrées de première nécessité, le choc provoqué par la Covid-19 a déstabilisé les équilibres macroéconomiques dégradants ainsi que le pouvoir d’achat de la population », a-t-il dit.

Citant les chiffres de la Banque centrale du Congo en 2020, Albert Yuma Mulimbi a fait remarquer que le taux de croissance se situerait à 2,4%, le taux d’inflation augmenterait jusqu’à 14% et le franc congolais perdrait 20% de sa valeur par rapport au dollar américain.

Dans un contexte où cette pandémie est en train de refaire surface, la FEC demande au gouvernement, à l’instar d’autres pays, de prendre des mesures concrètes de soutien aux entreprises et d’appui financier aux ménages pour favoriser la relance économique post Covid-19.

Pour la FEC, il s’agit de prendre des mesures ciblées sur le plan budgétaire, monétaire et financier au profit des entreprises et des ménages en accordant les allègements fiscaux, des dettes  ou des prêts confessionnels en faveur des entreprises fortement touchées par les effets négatifs de la pandémie.

Il faut également assouplir les mécanismes d’accès aux financements bancaires, en mettant à la disposition des entreprises des fenêtres des fonds pour financer leurs activités et renforcer la solidité financière. Il est aussi question d’accorder aux ménages,  principalement les fonctionnaires et agents de l’État, des appuis financiers, en veillant sur la stabilité du cadre macroéconomique pour préserver le pouvoir d’achat et éviter l’érosion monétaire.

  1. Albert Yuma a remercié tous les membres pour le soutien qu’ils ne cessent d’apporter à toutes les actions que mène la Fédération pour défendre et promouvoir l’activité économique.

ACP/GGK