Le cadre de concertation de la société civile/Kasumbalesa contre l’augmentation exagérée des frais l’Etat

0
199

Kasumbalesa, 26 Novembre 2020 (ACP).- Le cadre de concertation de la société civile de Kasumbalesa s’est dit opposé à l’augmentation exagérée des frais de l’État édition 2020-2021 contenue dans l’arrêté provincial du 11 novembre 2020, a indiqué le porte-parole, M. Clément Mitonga, au cours d’un entretien jeudi avec l’ACP.

Il déplore le fait que ces frais, sont passés de 3000 FC par trimestre à 8000Fc à l’école primaire et de 5500Fc à 20000Fc pour les sections techniques et pense que cette augmentation n’est pas du genre à encourager la gratuite de l’enseignement matérialisée par le chef de l’État.

A cet effet, le cadre de concertation compte rencontrer le chef de la sous division pour obtenir la réduction avant de recourir à d’autres voies de recours.

Actuellement les regards des chefs d’établissements sont tournés vers le cadre de concertation de la société civile. La ville de Kasumbalesa compte à peine dix établissements publics et conventionnés religieux et plus de cent établissements scolaires privés.

Le cadre de concertation de la société civile s’oppose à la prise en charge des nouvelles unités de l’EPST par les parents

Le porte-parole du cadre de concertation de la société civile, M. Clément Mitonga s’est dit opposé à l’idée que les parents prennent en charge provisoirement les enseignants/nouvelles unités en attendant leur prise en charge définitive par le Trésor public.

Il pense que cette idée tant décrié risque de réinstaller progressivement la prise en charge de l’enseignement par les parents.

Il exhorte à cet effet, le service de contrôle des paies des enseignants à accélérer le processus de la mécanisation des nouvelles unités. ACP/ZNG/Awa