Le gouvernement  appelé à s’inspirer du modèle de gestion des autres secteurs miniers

0
129

Kinshasa, 26 novembre 2020 (ACP)-. M. Norbert Yamba Yamba, un acteur politique et expert en ressources naturelles, a invité le gouvernement à s’inspirer du modèle  de gestion des autres secteurs miniers des pays africains, à l’instar du Nigeria et de l’Angola, afin d’améliorer la gouvernance dans le secteur congolais et booster le développement de l’ensemble de la République démocratique du Congo.

M. Yamba Yamba l’a fait savoir jeudi, au cours d’un entretien avec ACP, soulignant que le modèle de gestion de secteur minier congolais a démontré ses limites. «Le pays n’est pas arrivé à se développer à cause de la mauvaise gestion qui caractérise ce secteur», a-t-il ajouté.

Il a indiqué que les modèles de ces pays africains qui ne regorgent pas les  même potentielles naturelles que la RDC, contribuent au développement de leurs pays respectifs et élève leurs économies respectives.

La même source relève aussi que l’Angola et le Nigeria se sont développés à partir d’une seule ressource, notamment le pétrole. La RCD,  avec toutes les richesses que regorge son sol et sous-sol, n’arrive pas à faire sortir le pays  dans  la catégorie des pays pauvres et très endettés.

Pour M. Yamba Yamba, la mise en place  d’un système de surveillance mutuelle des minerais pour lutter contre la corruption est d’une extrême nécessité, avant de préconiser la traçabilité et la certification des minerais dans le secteur minier  congolais.

Il regrette cependant, que le pays n’arrive toujours pas à maitriser le système du contrôle du marché international qui est l’un des indicateurs majeurs du développement pour le pays, avant d’inviter le gouvernement à  fournir  d’efforts pour que les minerais congolais soient transformés au pays. Cette perspective  est la  possibilité qui permettra à la RDC d’élever  et de développer  le pays.

«La question minière continue d’occuper une place de choix en RDC, quatrième producteur mondial de cuivre, le pays vient en tête dans la production du Cobalt dont la moyenne  est de soixante mille tonnes par an et les réserves  sont encore importantes», a indiqué M. Yamba Yamba. Il a relevé, par ailleurs le paradoxe congolais selon lequel  les ressources  sont en grande quantité mais contribuent le moins dans PIB (produit intérieur brut) par rapport aux autres pays de la sous-région.

M. Yamba Yamba, soutient la thèse de concentrer les efforts sur une seule richesse pour élever l’économie congolaise comme l’a fait l’Angola alors qu’elle en dispose plusieurs, tels que le cuivre, le cobalt, le tantale et le zinc, mais ces ressources ne sont pas exploitées dans le sens de développer le pays mais de rendre  de tiers individus plus riches. ACP/ZNG/Awa