Kongo-Central : fin du séminaire de formation sur « la problématique de la question foncière et valorisation des terres agricoles »

0
215

Mbanza-Ngungu, 27 novembre 2020 (ACP).- Septante participants, notamment les gardiens des terres, les chefs coutumiers, les chefs des villages, les chefs traditionnels et les notables de Boko-secteur ont pris part du 25 au 26 novembre à un séminaire de formation sur « la problématique de la question foncière et la valorisation des terres agricoles », organisé par la Coopérative maraîchère et agricole Luzolo-Lua-Toma (CLT).

Ce séminaire a été organisé dans le cadre de la campagne d’éveil et de conscientisation de la population en vue de protéger les terres, en présence de l’administrateur du territoire assistant de Mbanza-Ngungu en charge de l’Economie et finance (ECOFIN), Didier Nsimba Mabeka.

Selon le point focal de la Fondation Hanns Seidel, Victor Nzuzi Mbembe, ces assises de deux jours avaient pour objectif d’amener notamment les gardiens des terres et la population de ce secteur à connaître la loi foncière, à avoir des notions dynamiques et élémentaires en vue de valoriser leurs terres et leur permettre de connaître les instruments juridiques qui peuvent faire que la terre soit protégée au niveau local.

Elles ont permis également au conservateur des titres immobiliers de Mbanza-Ngungu de rencontrer, de parler aux chefs de terres et les ayant-droits fonciers de l’existence dans ce milieu de beaucoup de problèmes fonciers, a ajouté le point focal de Hanns Seidel. Dans la valorisation de la terre, a-t-il ajouté, il faut que chaque province puisse avoir un programme agricole qui va permettre notamment un lobbying ou un plaidoyer au niveau national pour que la loi agricole soit réellement appliquée avec les mesures d’accompagnement qui, selon lui, vont aider à mettre sur pied le Fonds national pour le développement de l’agriculture (FONADA) qui va octroyer les crédits aux agriculteurs à un taux de crédit bas pour que ces derniers puissent rembourser sans difficulté.

Victor Nzuzi a mis également un accent particulier sur la valeur de la terre, notamment sur le plan économique et culturel, soulignant que « vendre toutes les terres privent les populations des droits au travail pour les paysans, du droit à l’alimentation, de la négation des droits des enfants ».

Le conservateur des titres immobiliers de Mbanza-Ngungu, Philibert Gombo Kilesa Kimfuta a indiqué que ce séminaire a permis aux participants de s’imprégner du bien fondé de loi foncière.

Par rapport à la résolution des conflits fonciers et coutumiers, Me John Peter Mujanay et M. Victor Nzuzi ont tous deux invités les participants à profiter de la Commission consultative de résolution des conflits coutumiers (CCRCC) pour la cohésion dans les villages. L’assistant des projets à la Fondation Hanns Seidel, M. Patrick Tshibangu a recommandé à l’Etat congolais de vulgariser la loi foncière pour éviter les conflits des terres mais également de traduire cette loi dans toutes les quatre langues nationales.

Dans son mot d’ouverture, l’administrateur du territoire assistant en charge de l’Economie et finance, Didier Nsimba Mabeka, avait invité les participants à prendre conscience sur la gravité du bradage et non valorisation systématique des terres, de même que les conflits à outrance sur le foncier. Il a exhorté la Fondation Hanns Seidel, qui a apporté son appui financier à ce séminaire, à accompagner encore les communautés dans des projets plus concrets économiquement. ACP/Kayu/ODM/Nig