France : reprise des activités des commerces non-essentiels après près d’un mois de fermeture

0
191

Kinshasa, 29 novembre 2020 (ACP).- Après près d’un mois de fermeture, les commerces dits non-essentiels, magasins de jouet, prêt-à-porter, salons de coiffure, librairies etc., ont rouvert leurs portes samedi 28 novembre en France, avec un protocole sanitaire plus strict qu’auparavant, ont rapporté les médias français reçus dimanche à Kinshasa.

L’ouverture des petits commerces samedi en France a donné le coup d’envoi de la première étape du déconfinement progressif en trois temps, décidé par les autorités, soulignent les sources.

A Paris et dans les grandes villes, les rues commerçantes ont ainsi renoué avec leur ambiance d’avant COVID-19, et les vendeurs expriment un sentiment de « soulagement » et de « retour à la normale », malgré le renforcement du protocole sanitaire.

Car l’accès aux magasins, librairies et salons de coiffure, exige le respect d’un certain nombre de règles beaucoup plus strictes que lors du précédent déconfinement.

Les commerces ne peuvent accueillir des clients que dans la limite d’une personne pour huit mètres carrés. Alors que la jauge d’accueil était de quatre mètres carrés de surface de vente pour un client. L’objectif pour le gouvernement est d’éviter les contacts entre les clients pour limiter la propagation de l’épidémie. « On est un peu déçu parce que c’est compliqué pour certains salons de coiffures, de respecter la jauge de huit mètres carrés », a déclaré sur BFMTV, le coiffeur Franck Provost, PDG du groupe Provalliance.

Certains commerces comme les librairies ont essayé de s’adapter à la nouvelle jauge, en maintenant le service « Pick and collect », qui consiste à acheter en ligne et récupérer en magasin, pour éviter l’afflux.

Le Premier ministre français Jean Castex et son ministre de l’Economie Bruno Le Maire étaient à Reims, à la rencontre des petits commerçants en ce premier jour de réouverture. Et les échanges ont tourné autour du nouveau protocole sanitaire en vigueur.

M. Castex et M. Le Maire ont également rencontré lors de ce déplacement les représentants des hôteliers et restaurateurs, qui restent toujours fermés. Et à l’issue de leurs échanges, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a annoncé le doublement du plafond d’indemnisation à 200.000 euros par mois pour les entreprises.

Outre les petits commerces, cette première étape du déconfinement progressif permet aux Français de se déplacer dans un rayon de 20 km pendant trois heures. La réouverture des lieux de cultes ainsi que la reprise des activités extrascolaire en plein air sont aussi autorisées. ACP/CL/Fmb