Appel aux chrétiens de l’archidiocèse de Lubumbashi de participer aux célébrations pénitentielles

0
971

Lubumbashi, 03 Décembre 2020(ACP).- L’archevêque métropolitain de l’archidiocèse de Lubumbashi, Mgr Jean-Pierre Tafunga Mbayo appelle les chrétiens catholiques de sa juridiction ecclésiastique de participer aux célébrations pénitentielles communautaires.

Cet appel est contenu dans la lettre pastorale pour l’avent 2020 intitulée : «Travaillons non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle» (Jean 6 : 27).

A cet effet, il convie les fidèles des différentes paroisses catholiques aux confessions individuelles qui seront organisées dans chaque doyenné, précisant que cette exhortation est plus particulière, car au cours de l’année 2021 sera célébré le 3ème congrès eucharistique national, comme rencontre avec le Seigneur.

Il démontre que faire un pèlerinage pénitentiel c’est travailler pour la nourriture qui demeure jusque dans la ville éternelle.

Les curés-doyens recommandés à préparer des catéchèses

Mgr Jean-Pierre Tafunga Mbayo recommande aux curés-doyens à préparer des catéchèses dans leurs juridictions, en mettant concrètement en relief le rapport entre ce qu’on vie et la nourriture qui demeure, jusque dans la vie éternelle.

Il propose que soit intégrée la méditation sur l’exhortation de la lettre pastorale de carême 2020 étant donné que le confinement imposé par la crise sanitaire actuelle n’a pas permis un partage communautaire fructueux.

Il invite chaque chrétien de trouver un temps d’adoration personnelle ou en groupe, afin de méditer la parole de Dieu comme nourriture pour la vie, dans une église paroissiale ou dans la chapelle de la Miséricorde Divine, au Domaine Marial de Lubumbashi.

Tout acte de dévotion eucharistique reste expression de recherche spirituelle

Par ailleurs, l’archevêque métropolitain de l’archidiocèse de Lubumbashi souligne que tout acte de dévotion eucharistique reste une expression de recherche spirituelle.

«Chaque eucharistie à laquelle nous prenons part, est une communion de l’agneau avec son épouse». Renchéri-t-il.

Il indique que la communion de l’agneau avec son épouse spirituelle est une métaphore pour dire que cette communion est solide et bien assortie entre Jésus-Christ et ses disciples appelés à régner avec lui au ciel, selon (App. 14, 1 ; App. 5,10).

Il suggère que la préoccupation quotidienne des chrétiens catholiques soit celle de travailler pour les œuvres de Dieu.

Il note l’importance pour chacun de faire un examen de conscience pour voir comment il vit sa foi chrétienne dans le diocèse, la paroisse, la CV, le groupe, le mouvement, la famille, la communauté religieuse. ACP/FNG/ZNG/Awa