Décès  de l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing

0
331

Kinshasa, 3 décembre 2020 (ACP).- L’ancien président français, Valéry Giscard d’Estaing, est décédé mercredi soir 2 décembre, à l’âge de 94 ans, entouré de sa famille dans sa propriété d’Authion dans le Loir-et-Cher, ont annoncé les médias internationaux reçus jeudi à Kinshasa.

M. Giscard d’Estaing, qui séjournait depuis le début du confinement dans sa résidence de campagne à Authion, avait été admis quelques jours dans le service de cardiologie de l’hôpital de Tours du 15 au 20 novembre pour une insuffisance cardiaque.

Il avait auparavant été hospitalisé quelques jours mi-septembre à l’hôpital Georges-Pompidou à Paris pour une légère infection aux poumons. Mais les médecins avaient écarté une infection au coronavirus.

M. Giscard d’Estaing, qui a fêté ses 94 ans le 2 février, a déjà été hospitalisé à Pompidou en cardiologie à plusieurs reprises il y a quelques années pour la pose de stents.

Plus jeune président de la Ve République lorsqu’il est élu en 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait fait l’une de ses dernières apparitions publiques le 30 septembre 2019 lors des obsèques à Paris d’un autre président de la République, Jacques Chirac, qui fut son Premier ministre de 1974 à 1976.

 Conformément à sa volonté, ses obsèques se dérouleront dans la plus stricte intimité familiale, a précisé sa famille dans un communiqué.

Hommage de la classe politique à Valery Giscard d’Estaing

Les hommages après le décès de Valéry Giscard d’Estaing sont venus de tous les bords de la classe politique française. À commencer par l’actuel chef de l’État qui lui a succédé, 36 ans plus tard. Dans un long communiqué nécrologique, Emmanuel Macron salue le progressiste qui pendant sept ans, « transforma la France » : « Son mandat fut un intense moment de réformes. Celui qu’on appelait désormais VGE ou plus simplement Giscard sut moderniser la fonction de chef de l’État et « regarder la France au fond des yeux ». Son septennat transforma la France. Il permit aux jeunes de voter dès leurs 18 ans, aux femmes d’interrompre une grossesse non désirée en toute légalité, aux couples de divorcer par consentement mutuel, aux personnes en situation de handicap d’obtenir de nouveaux droits. Il œuvra pour une Europe plus forte, un couple franco-allemand plus uni, et contribua à stabiliser la vie politique et économique internationale en fondant le G7. » « Les orientations qu’il avait données à la France guident encore nos pas. Serviteur de l’État, homme politique de progrès et de liberté, sa mort est un deuil pour la Nation française. », conclut le président

Nicolas Sarkozy, ancien président de la République, a fait part de sa «grande tristesse», sur Twitter, saluant «un homme qui a fait honneur à la France, un homme pour qui j’ai éprouvé de l’admiration et avec qui j’ai toujours eu plaisir à débattre». «Valéry Giscard d’Estaing aura toute sa vie œuvré au renforcement des liens entre les nations européennes, cherché et réussi à moderniser la vie politique et consacré sa grande intelligence à l’analyse des problématiques internationales les plus complexes.»

Pour un autre précédent locataire de l’Élysée, François Hollande, «Valéry Giscard d’Estaing demeurera le président qui a modernisé la France. Son septennat a été marqué par de grandes réformes comme la majorité civile à 18 ans, l’accès à l’IVG pour les femmes, la généralisation de la protection sociale. Résolument européen, il a contribué au renforcement du couple franco-allemand, à la mise en place de l’Union monétaire et à l’ouverture du Marché commun. Aujourd’hui, notre pays perd un homme d’État qui a fait le choix de l’ouverture au monde et qui pensait que l’Europe était la condition pour que la France soit plus grande.» ACP /FNG/Awa