La ministre des Affaires étrangères installe le point focal genre de son administration

0
226

Kinshasa, 03 décembre 2020 (ACP).- La ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza a lancé, jeudi au salon rouge de son ministère, les activités du comité genre de son administration, au cours de la cérémonie d’installation du point focal genre organisée par le protocole d’Etat.

La ministre Marie Tumba Nzeza a, à cette occasion, loué l’initiative des femmes du ministère des Affaires étrangères qui vise à redorer l’image de la femme diplomate congolaise, qui joue un rôle important dans le développement durable de notre pays.

«Les femmes du ministère des Affaires étrangères se mobilisent et s’organisent afin d’atteindre une véritable diplomatie basée sur l’inégalité des sexes», a-t-elle dit.

Elle a exhorté par ailleurs, les membres du comité genre des affaires étrangères à s’impliquer dans les activités de sensibilisation en faveur du personnel de ce ministère.

Pour la ministre d’Etat, sensibilisation concerne notamment l’autonomisation économique de la femme, la participation des femmes dans la prise de décision et dans les négociations des accords de paix ainsi que la lutte  contre les violences sexuelles basées sur le genre.

Le secrétaire général aux Affaires étrangères, Dominique Kilufya a affirmé que le vœu de son administration est de voir les femmes participer à la promotion de la diplomatie congolaise tant à l’interne qu’à l’externe.

Il a qualifié la mise en place de ce comité genre d’une ferme volonté exprimée par le Gouvernement de la République pour accélérer les activités genre au sein des Affaires étrangères.

Ce comité, a-t-il estimé, va combattre les inégalités de postes de prise de décisions dans les directions et les postes consulaires.

De son côté, la secrétaire générale au Genre, famille et enfant, Adrienne Binwama a affirmé que les Affaires étrangères est le premier ministère à avoir installé la cellule genre, soutenant que le point focal est un partenaire incontournable dans la politique du genre.

«Ce comité va corriger les inégalités observées au sein de l’administration publique, afin d’assurer la représentation des femmes dans les quatorze directions que compte le ministère des Affaires étrangères», a-t-elle dit avant de déplorer le fait qu’aucune de ces directions n’est gérée par une femme.

Adrienne Binwama a rassuré de la disponibilité de son institution à accompagner le comité genre des Affaires étrangères pour l’atteinte de ses ambitions.

La représentante du point focal, Belfille Luaba a de son coté,  plaidé pour la prise en compte du quota de 30% réservés aux femmes dans les institutions lors de la prochaine mise en place.

«Les postes diplomatiques se veulent encore l’apanage masculin. Les femmes exercent seulement 12% des fonctions diplomatiques», a désapprouvé Mme Belfille Luaba. ACP/ZNG/Awa