Le Président Félix Tshisekedi s’adresse dimanche à la Nation, selon Kasongo Mwema Yamba-Yamba

0
798

Kinshasa, 04 décembre 2020 (ACP).- Le Président de la République,  Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, va s’adresser à la Nation, dimanche 6 décembre 2020, comme il avait promis en annonçant les consultations le 23 octobre 2020.

«Monsieur le Président de la République s’exprimera ce dimanche à 14 heure 30 et fera connaître à ses concitoyens, les décisions tant attendues», a indiqué vendredi sur son compte twitter , le porte-parole du Chef de l’Etat, Kasongo Mwema Yamba-Yamba.

En effet, les consultations politiques entamées le 2 novembre  par le Président Félix Tshisekedi, visaient à consulter les acteurs politiques et sociaux les plus représentatifs  afin de créer « une union sacrée de la nation».

«Ces consultations visent la refondation de l’action gouvernementale autour des principes de participation à la gestion du pays. A l’issue de celles-ci, je reviendrai vers vous, dans une nouvelle adresse, pour vous faire part de mes décisions qui n’excluront aucun cas de figure », avait promis le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, dans son adresse à la Nation le 23 octobre 2020.

Du 02 au 25 novembre 2020, le Chef de l’Etat a reçu presque toutes les couches de la population. Politiciens, hommes d’église, syndicalistes, personnalités dites indépendantes, artistes, sportifs, retraités… sont tous passés au Palais de la nation.

Du côté de l’Opposition, Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi ont répondu à l’appel du Chef de l’État. Ces consultations se sont terminées sans la participation officielle du Front commun pour le Congo (FCC), la famille politique de son prédécesseur, Joseph Kabila.

Il sied de noter que le Président Félix Tshisekedi, confronté à de vives tensions avec ses alliés du FCC, a choisi des consultations  dans l’optique de créer une nouvelle dynamique qui l’accompagnera pour le reste de son mandat.

Il l’a annoncé lors de son  adresse le 23 octobre 2020 à la Nation, trois jours après la prestation de serment controversée de trois des juges qu’il avait nommés à la Cour constitutionnelle. Un acte qui a aggravé une crise latente qui existait déjà avec le FCC.

Dans son discours, le Chef de l’Etat congolais avait épinglé les blocages que connait la coalition FCC-CACH dans la gestion de la RDC.

« Ces divergences portent notamment sur les questions relatives à la paix et la sécurité nationale, la Commission électorale nationale, à l’organisation des élections, à la gestion du Portefeuille de l’Etat, à la Territoriale, à la Diplomatie, à l’indépendance de la Justice et à l’instauration de l’Etat de droit qui sont un enjeu majeur pour la nation », avait-il souligné.

Pour lui, ces questions importantes nécessitent un large consensus national.

« Je ne laisserai aucun arrangement politique, de quelque nature que se soit, primer sur mes prérogatives constitutionnelles et sur l’intérêt supérieur du peuple congolais. Je ne transigerai pas avec les intérêts supérieurs de la nation », avait-t-il prévenu. ACP/Kayu/May