Nord-Kivu : Un impact socioéconomique positif de l’appui du projet PASA-NK ressenti par les bénéficiaires « de la filière pomme de terre » dans le groupement Buhumba-Nyiragongo.

0
588

 Goma, 04 décembre 2020(ACP). – La quasi-totalité de membres des Organisations paysannes impliquées dans la filière pomme de terre grâce à l’accompagnement du Projet d’appui au secteur agricole au Nord-Kivu (PASA-NK), ont ressenti  un impact socioéconomique positif durant les deux saisons culturales écoulées ; précisément dans le bassin agricole du groupement Buhumba du territoire de Nyiragongo.

Des hommes et des femmes de même que les encadreurs étatiques et paraétatiques l’ont témoigné ce jeudi 03 décembre à l’ACP au cours d’une descente sur terrain où les plantes de la pomme de terre présentent une bonne croissance à près de 60 jours de la moisson.

L’Ingénieur Samson Ciruza, chargé des aspects agronomiques et recherches appliquées au sein du Pasa-NK, l’évolution des plantes est plus que satisfaisante surtout que les recommandations ont été respectées, allusion faite aux écartements entre les plantes en plus de l’utilisation de la semence de bonne qualité.

« Après une vue sur les plantes, je trouve que les cas de flétrissement sont très rares, peut-être que moins d’un pourcent ce qui prouve que la semence reçue de l’Organisation paysanne chef de file Syndicat de défense des intérêts paysans (Sydip), était de bonne qualité », a remarqué cet Ingénieur agronome pour qui, l’espoir est permis pour une bonne récolte en mi- saison. Nonobstant une évaluation comparative de la rentabilité qui tient compte du coût de la production, des investissements jusqu’au profit réalisé, l’Ingénieur Samson Ciruza a apprécié, à sa juste valeur, l’état de la végétation de la pomme de terre appuyée par Pasa-NK confiant qu’à la moisson l’espoir est permis pour une rétribution positive des onze planteurs membres de trois organisations paysannes bénéficiaires. Il a néanmoins recommandé la nécessité des rotations de cultures pour mettre la pomme de terre à l’abri de pathologies végétales telles que la bactériose, du mildiou et l’alternariose.

Un satisfecit général des femmes et des hommes bénéficiaires

Pour Mme Elisabeth Habyarimana, membre de la Coopérative agricole de pâtisserie de Buhumba (Coopabu), depuis que leur structure bénéficie de l’appui du Pasa-NK, la moisson de la saison culturale écoulée a été plus qu’éloquente comparativement aux récoltes produites à partir des anciennes semences.

« La semence nous remise par Sydip grâce à l’appui du Pasa-NK est très rentable car pour un espace qui produisait deux cents kilogrammes, la récolte dépasse maintenant une tonne soit mille kilogrammes », a-t-elle confié affirmant qu’une plante produit facilement cinq à six kg contrairement aux anciennes semences dont la production atteignait difficilement deux kg. Le vœu de Maman Elisabeth Habyarimana est que les semences soient disponibles en temps et ainsi mettre les plantes à l’abri des intempéries et de petits maraudeurs.

De sa part, Jean-Paul Ntwarize Musanana, membre de l’Organisation paysanne Association d’appui aux projets de protection de la nature (Aprona), a reconnu qu’avec l’appui du Pasa-NK à travers l’OP chef de file Sydip, la première saison a été plus que rentable surtout pour lui qui avait eu le reflex de procéder au triage préalable de la semence reçue. « Pour la saison culturale en cours, nous avons l’espoir de réaliser également une bonne moisson surtout que le partenaire a rendu disponible une semence visiblement de bonne qualité », a-t-il estimé. La cinquantaine dépassée, ce père d’enfants envisage déjà un changement positif surtout qu’avec la première expérience, chaque membre a enregistré une rentabilité positive en revenus du menages outre une autosuffisance alimentaire assurée en famille.

« Nous disons merci au Pasa-NK et au Sydip surtout qu’avec l’amélioration de la production, certains planteurs ont été capables de s’acquitter des frais des soins de santé, de la scolarisation des enfants voire l’achat des biens de ménage », s’est réjoui Jean-Paul Ntwarize avant de formuler également la recommandation de voire la semence être rendue disponible en temps.

L’Inspecteur du développement rural du territoire de Nyiragongo, Adeodatus Madiadi Kolu, est plus que formel car pour lui, le Projet d’appui au secteur agricole est plus que bénéfique. « Tout ce que le projet Pasa-NK abat comme travail sur terrain se résume par la lutte contre l’insécurité alimentaire », a-t-il tranché car pour lui, les bénéficiaires ont pu acheter chèvres et moutons outre les charges de scolarisation des enfants et la réserve en nourriture de même que les soins de santé de leurs familles respectives.

Lancé à Goma en date du 06 décembre 2018, le Projet d’appui au secteur agricole du Nord-Kivu (PASA-NK) est une intervention du Gouvernement congolais, cofinancé par le Fonds international pour le développement agricole (FIDA), le Fonds pour le développement international (OFID), le Gouvernement de la RDC avec la participation des bénéficiaires directs. Le PASA-NK vise l’amélioration de la productivité et la rentabilité de quatre filières agricoles, à savoir le maïs, le riz, la pomme de terre et le café, en faveur de 28.400 ménages de petits producteurs dans les territoires de Masisi, Rutshuru, Nyiragongo, Beni et Lubero.

ACP/Kayu/MPK