RDC : l’ASCOVI appelle le gouvernement à une gestion rigoureuse des finances publiques

0
152

Kinshasa, 04 décembre 2020 (ACP)-Le président de l’Association des consommateurs des produits vivriers (ASCOVI), Musoko Mbuyi Patrice, a appelé le gouvernement  à une gestion rigoureuse des finances publiques et à l’amélioration du climat des affaires, en vue  de mieux attirer les investisseurs, au cours d’un entretien vendredi avec un journaliste de l’ACP.

M. Musoko a souhaité que la RDC mette en place un programme national sur les stratégies dans le cadre de l’application des accords de libre échange commercial continental afin de développer les activités économiques locales.

«L’heure a sonné pour s’interroger sur la situation des entreprises africaines pendant cette période d’évaluation sur les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19 et d’envisager le décollage économique des entreprises », a alerté le président de l’ASCOVI.

Le président Musoko a également fait savoir que le décollage économique constitue une remise en question de toutes les politiques mises en œuvre par les dirigeants des entreprises africaines étant donné que le potentiel économique doit servir les entreprises africaines à sortir le continent de la pauvreté.

« Il faut des nouvelles stratégies économiques du développement durable. Car, la mise en œuvre des accords commerciaux de libre échange qui se pointent à l’horizon, s’appliqueront dans l’ensemble du continent africain avec l’avantage  d’offrir aux entreprises africaines des opportunités pour  l’intégration économique », a-t-il souligné.

La relance économique en Afrique doit être orientée  vers la création des emplois, selon lui,  pour améliorer le revenu de la population et réduire la pauvreté par l’amélioration de la formation professionnelle devant être également une préoccupation majeure des entreprises africaines.

Depuis quelques années, a dit, par ailleurs, M. Musoko, la responsabilité sociétale  des entreprises est devenue un enjeu d’élaboration de nouveaux modèles de développement et de promotion des droits fondamentaux qui intéressent de manière croissante les sphères publiques et privées.

L’organisation des entreprises par la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans la décision économique, influe sur la gestion, leur performance et leur compétitive. Cette  dimension est désormais largement intégrée par la communauté des investisseurs et par la société civile au sens large, a-t-il conclu.

ACP/Kayu/MPK