Ouverture de l’atelier national de validation du rapport de suivi des recommandations de la résolution 1325

0
326

Kinshasa, 09 décembre 2020(ACP).- Le consortium « Femme plus », en partenariat avec le ministère du Genre, famille et enfant, a ouvert,  mardi en la salle polyvalente Marie-Ange Lukiana, dans la commune de la Gombe, l’atelier national de validation du rapport de suivi des recommandations des rapports alternatifs de la résolution 1325 du conseil de sécurité des Nations-Unies et la décennie de la femme africaine  en vue de contribuer à sa mise en œuvre et à sa consolidation.

Pour la coordonnatrice du consortium « Femme plus » et secrétaire permanente du comité national femmes et développement (CONAFED), Jeanne Nzuzi, cet atelier vise d’une part à procéder à l’analyse des données collectées dans les 11 provinces sur la mise en œuvre des recommandations des rapports alternatifs de cette résolution et de la décennie de la femme africaine, et d’autre part valider le rapport relatif au suivi de mise en œuvre de ces recommandations.

Intervenant au nom de la ministre d’Etat, ministre du genre, famille et enfant, Mme Annie Kenda, directrice à ce ministère , a indiqué que les recommandations qui sortiront de cet atelier permettront de renforcer le travail à réaliser sur terrain pour la mise en œuvre du  plan  d’actions de ladite résolution et la décennie de la femme africaine avant de rappeler aux participants que l’Union africaine a déjà lancé le deuxième cycle de la décennie de la femme africaine qui commence de 2020 à 2030 axée sur l’inclusion financière économique des femmes.

Pour sa part, Mme Clotilde Aziza a, au nom du représentant pays de l’organisation internationale suédoise Diakonia, a encouragé les organisateurs de cet atelier et les a rassurés de l’accompagnement de  son institution dans le processus de validation du rapport de suivi de la résolution 1325 et de la décennie de la femme africaine. « Nous avons juste un mot d’encouragement aux organisateurs de cet atelier et de remercier également à nos bailleurs de Fonds sans lesquels Diakonia ne peut pas soutenir vos actions. Il s’agit du gouvernement suédois, de l’ambassade de Suède en RDC et de l’Union Européenne », a-t-elle renchéri.

Il sied de rappeler que ces rapports alternatifs du suivi de la mise en œuvre de la Résolution 1325 du conseil de sécurité des Nations-Unies en RDC et de la décennie de la femme africaine avaient été élaborés  en 2015 et 2017 par le consortium « Femme plus » avec l’appui financier et technique de Diakonia et de l’Agence Suédoise de développement international (ASDI).  ACP/Kayu/CKM