Une campagne mondiale de l’OMS pour aider 100 millions de personnes à arrêter de fumer

0
323

Kinshasa, 09 décembre 2020 (ACP). – L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé sa nouvelle campagne mondiale pour aider 100 millions de personnes à arrêter de fumer, indique un communiqué de cette agence de l’ONU parvenu mercredi à l’ACP.

Selon la source, cette campagne  « préconise des politiques de sevrage tabagique forte, d’améliorer l’accès aux services de sevrage ou sensibiliser aux tactiques de l’industrie du tabac ». L’application WhatsApp devrait permettre un accès continu à un agent de santé numérique de l’organisation mondiale, un contact disponible à toute heure du jour et de la nuit pour soutenir ceux qui en ont besoin.

La  campagne ne s’arrête pas là. L’OMS prévoit de créer et de développer  des communautés numériques où les gens pourront trouver le soutien social dont ils ont besoin pour arrêter de fumer. C’est la raison pour laquelle l’OMS accueille favorablement les nouvelles contributions des partenaires, notamment des entreprises du secteur privé comme la méthode Easyway d’Allen Carr, Amazon Web Services, Cipla, Facebook et WhatsApp, Google, Johnson & Johnson, Praekelt et Soul Machines ».

« Le tabagisme tue 8 millions de personnes par an, mais si les fumeurs ont besoin de plus de motivation pour arrêter de fumer, la pandémie constitue la bonne incitation », a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. En effet, si le stress apporté par la crise sanitaire et économique rend plus difficile l’arrêt du tabac, il apporte aussi une motivation importante : les fumeurs courent un risque plus élevé de développer une maladie grave et de mourir à cause de la Covid-19, comme l’a montré une étude récente de l’OMS.

Pour augmenter ses chances de réussite et pour aider au mieux les citoyens, l’organisation onusienne encourage les gouvernements à faciliter, dans leurs pays, un accès « à des conseils succincts, à des lignes téléphoniques gratuites pour l’arrêt du tabac, à des services mobiles et numériques d’aide à l’arrêt du tabac, à des thérapies de substitution de la nicotine et à d’autres outils qui ont fait leurs preuves. »

C’est un travail d’une importance capitale pour l’OMS. « Des services efficaces offerts pour cesser de fumer améliorent la santé, sauvent des vies et permettent d’économiser de l’argent », a-t-il dit. ACP/FNG/Kayu/KJI