Deux lignes électriques à haute tension sur l’axe  Bukavu-Bujumbura objets d’une thèse à l’UPN

0
576

Kinshasa, 10 décembre 2020 (ACP).- Deux lignes électriques à haute tension de la Société nationale d’électricité (SNEL) de la RDC et la SINELAC du Burundi, alimentant sur l’axe Bukavu–Bujumbura, ont fait l’objet d’une étude doctorale soutenue, jeudi à l’Université pédagogique nationale (UPN), par le chef de travaux Teddy Muyisa.

Intitulée «Modélisation numérique hydro-atmosphérique des  pertes différentiées en énergie électrique haute tension SNEL et SINELAC sur l’axe Bukavu –Bujumbura», cette thèse a été réalisée sur une étude de modélisation adéquate des pertes différentiées sur l’axe de transport électrique de ces deux villes au moyen de deux modèles mathématiques.

Le récipiendaire a analysé 240 équations correspondant aux 12 mois de l’année pour chaque modèle et chaque perte différentiée des deux sociétés.

Les modèles ont été validés en plaçant les données in situ des pertes différentiées de l’année 2018 dans les différentes équations générées par les deux modèles.

Le chef de travaux Teddy Muyisa souhaite que les gouvernements de la RDC, du Rwanda et du Burundi s’impliquent activement dans la recherche de solutions aux problèmes de l’électricité que connaissent la SNEL et la SINELAC sur les lignes Bukavu-Bujumbura.

Pour les maintenir en bon état et lutter contre les pertes en ligne, il a suggéré le recours aux partenaires tant nationaux qu’internationaux pour appuyer la SNEL et la SINELAC.

Il a demandé aux deux sociétés de faire des descentes régulières sur le terrain pour des entretiens éventuels.

En perspective, l’auteur de la thèse a préconisé l’implantation d’un transformateur à Kamanyola, cité située sur la frontière entre la province du Sud-Kivu et le Burundi, pour élever la tension de 70 KV à 110 KV car, plus la tension est grande moins il y a des  pertes en ligne.

Il est également question, selon cette étude, de construire une centrale hydroélectrique Ruzizi III sur la rivière Ruzizi, en implantant des transformateurs et des postes du côté rwandais. Cette centrale devra alimenter notamment les villes de Butembo,  Beni, Goma (dans le Nord-Kivu) et Bukavu, un projet qui devra appartenir à la CEPGL.

Cette thèse a été examinée par un jury composé des professeurs Albert Kabasele Yenga-Yenga et Marc Kakule Kaniki, respectivement promoteur et co-promoteur.

A l’issue de la soutenance publique avec la mention «la plus grande distinction», le recteur de l’UPN, le Pr Simon Masamba a conféré à l’auteur de la thèse, le chef de travaux Teddy Muyisa, le grade docteur en sciences.

La détérioration du réseau de distribution à la base des pertes énergétiques à Kinshasa

Dans le même chapitre, le chef de travaux Christian Vunda Ngulumingi a relevé la détérioration du réseau de distribution comme l’une des principales causes des pertes énergétiques observées dans la ville de Kinshasa, lors de la soutenance publique, jeudi à l’UPN, de sa thèse de doctorat intitulée « Analyse des pertes énergétiques dans le réseau de distribution de l’énergie électrique de la ville de Kinshasa ».

« Avec un système de distribution de l’énergie électrique confronté de manière récurrente, à de nombreux problèmes d’exploitation, ce réseau souffre d’importantes pertes énergétiques », a-t-il déploré.

L’auteur de cette étude a proposé une approche rapide et fiable pour analyser ces pertes énergétiques et faciliter la connaissance des nœuds du réseau. Ce qui entraînera, selon lui, la détermination fiable de chutes de tension, avec comme conséquence la détection des vols ou raccordements frauduleux ainsi que l’accroissement des revenus de l’entreprise distributrice de l’énergie électrique.

Cette thèse lui a valu le grade de docteur en sciences appliquées, lui conféré par le recteur de l’UPN, le Pr Simon Masamba, après une brillante soutenance avec la mention  « grande distinction ».

Les professeurs André Pasi Bengi Masata et Joseph Cimbela Kabongo, respectivement promoteur et co promoteur de ladite thèse ont salué la pertinence de cette étude, tout en souhaitant les autorités du pays et de la SNEL s’en saisissent pour améliorer la qualité de la fourniture de l’électricité dans la ville de Kinshasa.

ACP/ZNG/Awa