RDC : la Première dame  soutient le Mouvement National des Survivantes de Violences Sexuelles

0
825

Kinshasa,  11 décembre 2020 (ACP).- La Première Dame de la RDC, Denise Nyakeru Tshisekedi a réaffirmé  jeudi  à Kinshasa son engagement de soutenir ces femmes victimes des violences sexuelles,  à l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme, célébrée  le 10 décembre de chaque année, indique un communiqué de presse du bureau conjoint du chef de l’État parvenu vendredi à l’ACP.

Denise Nyakeru Tshisekedi  qui a assisté à la projection du film « SEMA » sur les violences sexuelles, dans la salle CineBuzz de ShowBuzz, à Kinshasa, a été qualifiée de championne des Nations Unies de la prévention de la lutte contre la violence sexuelle liée aux conflits et Ambassadrice de bonne volonté du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) dans la lutte contre ces fléaux basées sur le genre et l’autonomisation de la femme en RDC, note la source. « C’est notre rôle, à nous tous, d’encourager les victimes de ces atrocités à les dénoncer et de leur montrer que ce n’est pas de leur faute. Si elles se sentent soutenues, elles auront le courage d’aller en justice », a-t-elle déclaré.

Cet événement a été organisé par le Mouvement National des Survivantes de Violences Sexuelles, qui compte aujourd’hui plus de 4000 membres dont une dizaine d’hommes et qui rassemble plusieurs organisations en RDC. Le Mouvement National des Survivantes de Violences Sexuelles, en projetant ce film, entend sensibiliser et conscientiser sur les conséquences à long terme du viol en temps de guerre, sur la lutte contre la stigmatisation des victimes de violences sexuelles en RDC de manière générale, précise la source.

Cette structure  envoie un message clair à l’ensemble de la communauté quant à l’ampleur des dégâts occasionnés par le viol sur les victimes et sur la société congolaise

L’expression « SEMA  »  qui signifie en français « PARLE « , est un film entièrement écrit par des femmes qui ont été victimes et qui veulent libérer la parole pour aider les autres, indique la même source,  soulignant que cette œuvre, réalisée par Macherie Ekwa, raconte de manière captivante et émouvante les histoires croisées de Kimia et Kitumaini, deux victimes de violences sexuelles. L’une venant d’un village du Sud-Kivu et l’autre de la ville de Bukavu. 

la journée des droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre, le  jour d’anniversaire de l’adoption en 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Déclaration universelle des droits de l’homme, un document fondateur qui a proclamé les droits inaliénables de chaque individu en tant qu’être humain, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou toute autre situation. ACP/FNG/Kayu/Nig