L’ONU  salue le leadership du G20 dans la lutte contre le COVID-19

0
295

Kinshasa, 12 décembre 2020 (ACP).- Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres a déclaré dimanche que le leadership du Groupe des 20 (G20) était essentiel à la lutte mondiale contre la pandémie de COVID-19, ont rapporté lundi les médias internationaux

« Notre plus grande défense contre le COVID-19, c’est la solidarité et la coopération », a indiqué le secrétaire général de l’ONU au cours d’un sommet virtuel des dirigeants du G20, qui avait pour thème « Construire un avenir inclusif, durable et résilient ».

Le leadership du G20 est d’abord essentiel pour « arrêter la propagation de la pandémie », a-t-il affirmé.

« Hier, j’ai trouvé très encourageant le fait que beaucoup de pays reconnaissent que les vaccins – mais aussi les tests et les traitements – doivent être des biens publics mondiaux, accessibles et abordables pour tout le monde », a-t-il déclaré.

« Je souhaite cependant réitérer mon appel aux membres du G20 à soutenir l’Accélérateur ACT et le dispositif COVAX. Il y a en effet un déficit de financement de 28 milliards de dollars américains, et nous avons besoin de 4,2 milliards de dollars immédiatement pour débuter la production en masse, l’achat et la distribution (des vaccins) partout à travers le monde », a-t-il expliqué.

Le leadership du G20 est également vital pour mobiliser les ressources nécessaires pour aller de l’avant, a-t-il poursuivi.

« Cela signifie renforcer la puissance de feu du Fonds monétaire international et des autres institutions financières internationales afin qu’ils puissent soutenir les pays en développement », a ajouté M. Guterres.

Cela signifie également rendre les initiatives d’allègement de la dette du G20 accessibles à tous les pays en développement vulnérables, y compris les pays à revenus intermédiaires, a-t-il déclaré.

La troisième grande mission des dirigeants du G20 est de synchroniser leurs efforts de relance avec le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et avec l’Accord de Paris sur le changement climatique, a précisé M. Guterres.

Pour construire un monde post-COVID inclusif, résilient et durable, les dépenses publiques doivent en effet être liées à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), a-t-il souligné.

« Nous avons l’obligation morale de garantir que les milliers de milliards de dollars dépensés pour surmonter l’impact du COVID-19 – de l’argent que nous empruntons aux générations futures – ne laisseront pas celles-ci accablées de dettes sur une planète brisée », a déclaré Antonio Guterres.

ACP/CL/MPK