La vie d’Etienne Tshisekedi était intimement attachée à un mercredi

0
437

Kinshasa, décembre 2020 (ACP).- Le chef de la Maison civile du Président de la République, Bruno Miteyo Nyenge a fait savoir que la vie mystérieuse de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba était intimement attachée au jour de mercredi, dans une note qu’il a rendue publique, à l’occasion du 88ème anniversaire de naissance de ce dernier, célébré le 14 décembre dernier.

Selon lui, le jour de mercredi renferme plusieurs événements qui ont marqués la vie d’Etienne Tshisekedi, ancien président du parti politique « Union pour la démocratie et le progrès social » (UDPS) et père biologique du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

« L’histoire de la vie d’Etienne Tshisekedi commence mercredi 14 décembre 1932, date de sa naissance, et prend fin mercredi 1er février 2017, date de son décès », a-t-il rappelé.

En plus, poursuit-il, bon nombre des actes de son combat politique ont intervenu le jour de mercredi. Il s’agit notamment de son arrestation en compagnie de ses collègues, les 13 parlementaires, un mercredi 03 décembre 1980 de suite d’une lettre ouverte écrite au maréchal Mobutu, Président de la République du Zaïre, une arrestation qui lui a ouvert la carrière d’opposant.

Les 13 parlementaires créèrent, le mercredi 17 février 1982, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dans un contexte politique assez compliqué, puisqu’il n’y avait pas d’autres partis à part le Mouvement populaire de la révolution (MPR), parti unique auquel appartenait le Chef de l’Etat et dont il était le fondateur.

Au chef de la maison civile de poursuivre que l’histoire récente du « Sphinx de Limete » retient deux mercredis, dont un jovial et un autre triste. Le premier, mercredi 17 juillet 2016, Etienne Tshisekedi a regagné le pays après avoir passé deux ans en Europe pour des soins de santé. Il a été accueilli chaleureusement par la population dans l’espoir que ce dernier allait jouer un rôle très important dans les négociations annoncées sur la succession de Joseph Kabila.

Le second, mercredi 1er février 2017 marquera la triste fin d’un baobab.  « C’est le mercredi qui vient l’arracher brutalement de la scène politique et de l’affection de ses compatriotes », a-t-il souligné. ACP/FNG/Zng/GGK