Le président français annonce un référendum pour inscrire la défense du climat dans la Constitution

0
437

Kinshasa, 15 décembre 2020 (ACP)) — Le président français, Emmanuel Macron,  a annoncé l’organisation d’un référendum pour inscrire la défense du climat dans la Constitution, après avoir rencontré les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) lundi, ont rapporté lundi les médias internationaux.

« Ce sera une réforme constitutionnelle en un article qui doit d’abord passer par l’Assemblée nationale puis le Sénat et être votée en des termes identiques. Ce jour-là, elle sera soumise à référendum », a indiqué le président français, qui était accompagné des ministres français de l’Ecologie, Barbara Pompili, de l’Agriculture, Julien Denormandie, du Logement, Emmanuelle Wargon et des Transports, Jean-Baptiste.

« Nous sommes tous engagés dans un travail politique, citoyen qui est celui de construire un changement durable dans notre pays. Il n’y a pas de précédent dans le niveau de difficulté de ce que nous sommes en train de faire », a également déclaré le chef de l’Etat français, ajoutant que « cette transition est difficile, il faut qu’on se projette à 10,15, 20 ans. »

La Convention citoyenne pour le Climat avait proposé d’inscrire un 3ème alinéa à l’article 1er de la Constitution française : « La République garantit la préservation de la biodiversité, de l’environnement et de la lutte contre le dérèglement climatique. »

 Un projet de loi intégrant d’autres propositions faites par la CCC devrait être présenté par le gouvernement français fin janvier prochain.

Lors de cette rencontre  le président français, ses ministres et les membres de la CCC qui a duré près de deux heures, plusieurs thèmes ont été abordés dont celui des transports. Emmanuel Macron, a reconnu un échec au niveau européen : « Collectivement, nous ne sommes pas à la hauteur de l’objectif de réduction des émissions fixé au niveau européen. », a-t-il déclaré, expliquant qu’il fallait « continuer à développer les zones à faible émission et aller plus loin dans la conversion du parc automobile. On a mis en place cette prime à la reconversion qui a permis à 280.000 concitoyens de changer de véhicules. »

« Les vols domestiques identifiés à moins de 2H30 en train seront supprimés avec de vraies conséquences pour nos concitoyens mais le TGV permet de se substituer. Nous serons les premiers à faire cela. L’éco-redevance est la plus efficace sur les vols internationaux. Elle a de sens que si on l’applique à tous les aéroports. On a de la marge et on a la capacité de le faire. Je souhaite qu’on puisse augmenter et accélérer à ce niveau-là« , a-t-il souligné.

Interrogé par des membres de la CCC sur les effets néfastes de la 5G sur l’environnement, Emmanuel Macron a répondu que « le potentiel de production économique » était « compatible avec nos objectifs écologiques et il est terrible si vous ne faites pas la 5G », se disant confiant dans « la réindustrialisassion par le numérique, c’est une très bonne chose. Ça permet de produire beaucoup plus près du terrain. »

Autre thématique, l’agriculture et le recours aux engrais et insecticides chimique. « Aucun agriculteur n’utilise des produits chimiques ou des intrants par plaisir, il le fait parce que nous en tant que nation on l’a poussé à le faire. On ne peut pas rester dans cette conflictualité, de face-à-face », a déclaré Emmanuel Macron, ajoutant que l’utilisation de glyphosate sera réduite de 50% d’ici 2022 en France et qu’une demande similaire serait soutenue par la France au niveau européen. ACP/FNG/Zng/GGK