Les pays d’Afrique de l’Est augmentent leur force commune de réaction rapide

0
323

Kinshasa, 20 décembre 2020 (ACP).- Les ministres de la Défense de pays d’Afrique de l’Est ont décidé vendredi d’étendre leur force commune de réaction rapide en accueillant une force de réserve du Soudan, a-t-on appris dimanche des agences de presse internationales.

Avec cet ajout, la taille de la Force est-africaine en attente (EASF), dont le mandat est de renforcer la paix et la sécurité dans la région, va passer de 6.000 à 7.000 personnes.

« C’est un nombre important pour soutenir une opération de soutien à la paix dans notre région », a salué le général éthiopien Getachew Shiferaw Fayisa, directeur de l’EASF, lors d’une réunion des ministres de la Défense et de la Sécurité des pays membres de cette force régionale à Kigali, la capitale du Rwanda.

L’EASF, qui se compose de composantes militaires, policières et civiles, a été créée pour fournir une capacité de déploiement rapide afin d’effectuer des déploiements préventifs, des interventions rapides, des opérations de soutien de la paix et de stabilité, ainsi que des opérations d’imposition de la paix.

Le général Fayisa a déclaré que le conseil des ministres avait pris certaines décisions clés, notamment l’approbation d’un plan stratégique de l’EASF pour les cinq prochaines années et le renouvellement du soutien au statut financier de la force régionale.

Le ministre rwandais de la Défense, Albert Murasira, a souligné la nécessité de se concentrer sur les meilleurs moyens de s’attaquer efficacement aux causes profondes des conflits et des crises en Afrique de l’Est.

« Je crois que si nous continuons à travailler ensemble et à coordonner nos efforts, nous obtiendrons certainement de meilleurs résultats dans la prévention, la gestion et la résolution des conflits, non seulement en Afrique de l’Est, mais au-delà« , a-t-il déclaré.

L’EASF comprend désormais le Burundi, les Comores, Djibouti, l’Ethiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, les Seychelles, la Somalie et le Soudan.

Au cours de la réunion de Kigali, le ministre djiboutien de la Défense, Hassan Omar Mohamed, a par ailleurs pris la présidence de l’EASF, succédant à son homologue comorien Youssoufa Mohamed Ali. ACP/CL/May