Ituri : plusieurs opérations de reboisement financées par le FFN pour contribuer à la reconstruction du capital forestier

0
275

Bunia, 21 décembre 2020 (ACP).-Le chef d’antenne Adjoint du Fonds forestier national (FFN)/Ituri, Moussa Abdallah a indiqué  lundi que son service continue à financer les opérations de reboisement à travers cette jeune province conformément à sa mission basée sur l’article 81 du code forestier qui donne au FFN le pouvoir « d’assurer le financement des opérations de reboisement et d’aménagement forestier et de tout autre opération de nature à contribuer à la reconstruction du capital forestier ».

Dans une exclusivité accordée à l’ACP dans son bureau de travail il a à titre illustratif cité l’opération de reboisement dans la ville de Bunia par la mise à la disposition des autorités politico-administratives de 16.000 pieds d’arbres en marge de la journée nationale de l’arbre célébrée le 05 décembre de chaque année répartis comme suit ; 4.000 plantules pour les trois communes et la mairie, 1000 en faveur de l’organe délibérant provincial, 1.200 plantules ont été posées le long de l’artère de l’aéroport national de Murongo.

Moussa Abdallah a déclaré que son service est en pourparlers avec la mairie de Bunia pour l’identification des endroits où seront piqués les 8.000 autres pieds d’arbres restants dans certaines avenues où le Fonds social de la République est en train d’exécuter le projet les Travaux d’intensité à main d’oeuvre (THIMO).

En plus de la ville de Bunia, a-t-il poursuivi, le FFN a financé les opérations de reboisement dans le territoire de Mambasa avec deux écoles ciblées pour 1.200 plantules et dans localité de Makumu située au niveau du même territoire où plus d’une centaine de pieds d’arbres ont été plantées, 30.000 pieds d’arbres distribués auprès de ménages de la localité de Kasenyi en territoire d’Irumu au bord du lac et l’opération de reboisement de 12.000 pieds d’arbres dans la chefferie de Kakwa en territoire d’Aru.

Il a expliqué également les sérieuses difficultés auxquelles le FFN fait face pour réaliser sa mission dans la ville de Bunia en particulier et l’Ituri en général notamment l’absence des espaces publics ou privés sécurisés par les titres fonciers où il peut reboiser afin de faire bénéficier aux habitants du chef-lieu de l’Ituri des espaces verts capables de capter les CO2.

S’agissant de critères pour qu’une ONG puisse accéder au financement du FFN pour le projet de reboisement Moussa Abdallah a expliqué que celle-ci doit présenter un projet à caractère général, elle doit disposer d’un terrain propre à elle non conflictuel, elle doit être en ordre vis-à-vis de l’État, elle doit disposer d’une personnalité juridique. ACP/Kayu/Nig/NKV/MNI