La conseillère spéciale du chef de l’État en charge de la jeunesse et lutte contre les violences faites à la femme, Chantal Yelu Mulop

0
322

Kinshasa, 22 décembre 2020(ACP).- La conseillère spéciale du chef de l’État en charge de la jeunesse et de la lutte contre les violences faites à la femme, Chantal Yelu Mulop, a promis de lancer dès l’année prochaine, la campagne « Tolérance Zéro immédiat » pour réduire sensiblement des cas des violences faites à la femme en République démocratique du Congo (RDC), rapporte un document publié par son service de communication dont une copie est parvenue mardi à l’ACP.

Outre le lancement de cette campagne, plusieurs autres actions à impact visible sont envisagées par Mme Yelu notamment la  réalisation de l’état de lieux des violences faites à la femme et de la problématique de la jeunesse dans toutes les provinces du pays, plus particulièrement celles ayant connu les conflits armés. Ainsi que la mise œuvre de la feuille de route de l’Addendum ainsi que la réalisation de l’audit « Genre » au sein des institutions et organisations sur l’ensemble du pays, renseigne la source.

La source précise aussi que la conseillère spéciale du chef de l’État s’engage à mener des plaidoyers pour le vote des lois essentielles dans la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre. Elle compte aussi mener des réflexions sur la prise en compte du « genre » dans la lutte contre le coronavirus.

 l’année prochaine sera une année de travail acharné selon la vision du Chef de l’Etat pour répondre aux desiderata de la population, exprimées lors des consultations présidentielles afin de promouvoir la jeunesse afin d’autonomiser la femme pour ainsi combattre l’exclusion et la vulnérabilité, note encore la source .

 Quelques réalisations de Mme Yelu au cours de l’année 2020

Dans le cadre de la matérialisation de la vision du chef  de l’Etat , Félix-Antoine Tshisekedi pour l’année 2020, le bureau de Mme  Yelu a entrepris plusieurs actions, notamment la réalisation de l’état de lieux des violences faites à la femme en vue de dégager l’ampleur des violences sexuelles dans les zones de conflit, la mise en place du call center permettant non seulement aux victimes de toutes les formes de violences faites aux femmes d’appeler gratuitement pour dénoncer mais aussi pour recevoir une orientation quant à la prise en charge dont elles ont besoin, lit-on dans le document.

A ceci s’ajoute la production des capsules de communication pour sensibiliser et inviter les communautés à observer les droits égaux des hommes et des femmes et à combattre toutes les formes de violences faites à la femme pendant la période de la COVID-19 ainsi que des plaidoyers auprès de nombreux partenaires pour pouvoir mutualiser les efforts dans la lutte contre les violences faites à la femme, a conclu la source.

ACP/ Fng/Zng/Cfm/GGK