Le Président Félix Tshisekedi promet de veiller au paiement  de rétrocession due aux provinces

0
375

Kinshasa, 30 décembre 2020 (ACP).- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a promis de veiller au paiement mensuel de rétrocession due aux provinces  afin de  permettre  à ces dernières d’assurer  les dépenses de fonctionnement et d’investissement, dans son discours  de clôture mardi, dans la salle des congrès du Palais de la Nation à Kinshasa,  des travaux de la 7ème  session de la conférence des gouverneurs de province.

«Afin de répondre aux préoccupations financières des provinces qui impliquent concrètement que le gouvernement central libère mensuellement les rétrocessions pour assurer les dépenses de fonctionnement et d’investissement, je veillerais à l’effectivité de cette rétrocession à travers un rapport du ministre des finances présenté régulièrement en conseil des ministres», a-t-il souligné.

Le Chef de l’Etat, a également exigé des gouverneurs de province de mettre en place ou de rendre effective la chaine de dépense provinciale en vue de garantir la transparence dans l’exécution de leurs édits budgétaires, avant d’instruire  la cours des comptes et l’IGF d’effectuer leur mission de contrôle y relative, comme le prévoit la loi relative aux finances publiques quant au contrôle des finances provinciales.

Il a en outre instruit le Premier ministre de veiller à ce que le gouvernement mette rapidement à la disposition des ministres provinciaux en charge du Plan les indicateurs du développement qui seront présentés par les gouverneurs lors de l’évaluation trimestrielle, pour assurer un suivi trimestriel quant à la mise en place des politiques publiques au niveau provincial les priorités du programme gouvernemental qui saluent sa vision.

«Je profite de cette occasion pour rappeler aux gouverneurs ma préoccupation quant à l’endettement qui caractérise certaines provinces d’autant plus que cette politique d’endettement auprès des banques commerciales se fait en devises étrangères, ce qui fragilise gravement les finances provinciales», a-t-il encore souligné, avant de demander au Premier ministre de veiller à ce que la politique d’endettement des exécutifs provinciaux se conforme à celle du gouvernement central qui prend en compte la soutenabilité budgétaire.

Le Chef de l’Etat salue l’adhésion des gouverneurs de province à sa nouvelle dynamique

Le  Président de la République   a remercié les participants à ces travaux pour la qualité de leurs interventions et l’abnégation dont ils y ont fait montre pendant toutes ces assises, avant de saluer leur adhésion à sa nouvelle dynamique.

«Les états des lieux des provinces que vous avez faits, les déclarations et compte-rendu que nous avons écouté pendant ces deux jours, témoignent clairement de votre soutien et adhésion massive à la nouvelle dynamique que j’ai impulsée et qui priorise avant l’intérêt du peuple», a-t-il souligné.

Il s’est dit satisfait d’entendre leur engagement à travailler sans relâche et dans la cohésion pour le développement socioéconomique des provinces et la promotion du bien-être de leurs populations, priorisant les règles de bonne gouvernance en évitant les conflits d’intérêt et en renonçant aux pratiques politiciennes qui alimentent l’instabilité au sein des institutions provinciales.

Félix Tshisekedi  s’est également réjoui de les voir souligner à l’unanimité l’importance des efforts que le gouvernement central doit mener en cohésion et en concertation avec les exécutifs provinciaux pour affirmer l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national, de préserver l’indivisibilité du pays conformément aux prescrits de la constitution et surtout pour préserver en toute circonstance la paix et l’unité nationale sans lesquelles aucun développement du pays n’est envisageable voir possible.

Il les a félicités d’avoir évoqué la nécessité d’une action conjointe entre les deux échelons du pouvoir exécutif, central et provincial, dans la perspective d’un objectif commun, à savoir le développement du pays ainsi que d’avoir intégré sans ambiguïté le fait que la stabilité des institutions passe par le respect des compétences exclusives du pouvoir central et celles du pouvoir provincial et que la collaboration étroite entre ces deux exécutifs offre le meilleur modèle de développement dans notre pays.

Tout en notant avoir retenu dans leurs propos divers défis politique, socioéconomique, sécuritaire, infrastructurel, administratif, judicaire, etc. qui constituent autant d’obstacles au développement de leurs provinces respectives, le Chef de l’Etat a rassuré qu’il  veillera à ce que le gouvernement de la République y apporte des réponses adéquates.

« Je mettrai tout en œuvre pour relever ces défis avec votre concours et celui de toute les institutions de la République», a-t-il soutenu. ACP/kayu/CKM