Le vice-ministre de la Justice informé des projets de Kivu  Rising

0
649

Kinshasa, 04 janvier 2021 (ACP).-   Le vice-ministre de la Justice Me Bernard Takaishe Ngumbi a reçu, jeudi dernier, dans son cabinet de travail, la présidente de Kivu Rising Evelyne Chihuguyu et la directrice adjointe de  cette organisation,  Sandra Kabambi,  venues l’informer de leur projet de lancer prochainement, avec l’appui financier de la  Première dame de la RDC, Denise Nyakeru Tshisekedi, les travaux de construction du pont détruit dernièrement lors des pluies diluviennes  à Bukavu et apporter une aide notamment aux victimes de cette catastrophe ainsi qu’ aux vulnérables et démunis dans  cette partie du pays. « Nous avons rencontré le vice-ministre de la Justice pour lui faire part des activités que mène Kivu Rising dans le cadre de notre appui au développement socio-économique de la RDC, notre pays d’origine », a souligné à l’issue de cette audience,  Mme Evelyne Chihuguyu présidente de cette organisation. Et d’ajouter : « notre présence aujourd’hui en RDC, c’est pour  aider les vulnérables dans le Sud-Kivu avec bien entendu, l’appui de la Première dame Denise Nyakeru Tshisekedi.

Selon  Mme Evelyne Chihuguyu, le choix du Sud-Kivu se justifie au regard  des guerres qui sévissent dans cette partie du pays depuis plus de vingt ans ainsi que de la fermeture des frontières suite à l’épidémie de la COVI-19,  étant donné que la plupart des personnes dans  cette   partie du pays vivent du trafic entre la RDC et le Rwanda.

A Nyangezi, a-elle-ajouté,  Kivu Rising a démarré un projet d’autonomisation de la femme  sous le label « Maison de la Femme ». Ici, a-t-elle rassuré, les femmes sont formées dans plusieurs domaines notamment : l’agriculture, l’élevage et l’encadrement de la jeunesse.

Mais, les actions ne vont pas se limiter là-bas. Kivu Rising entend élargir ses œuvres partout  en RDC.

Avec le vice-ministre de la Justice et Garde des Sceaux, la délégation a également discuté sur les conditions de vie de compatriotes détenus dans plusieurs maisons carcérales à travers le pays. Kivu Rising dispose des projets d’hygiène, d’alimentation et d’intervention sanitaire pour les détenus. « Priver une personne de sa liberté de mouvement, ne signifie pas lui enlever tous ses droits », a souligné Evelyne Chihuguyu.

Kivu Rising veut aussi  apporter un plus, dans le domaine médical. A ce propos, la

directrice adjoint Sandra Kabambi a appelé à une franche collaboration entre les médecins congolais locaux et ceux de la diaspora en vue d’améliorer la qualité des services. Gestionnaire d’une Clinique Médicale à Bruxelles en Belgique, Sandra Kabambi compte mettre à la  disposition de ses collègues congolais, son expertise en gestion des structures médicales.

A ce niveau, Kivu Rising par le truchement de cette direction,  dispose déjà d’un carnet des contacts très fourni devant faciliter la communication entre les structures médicales internationales et congolaises. ACP/ Kongolo