Le Président Félix Tshisekedi inaugure l’École de Guerre de Kinshasa

0
289

Kinshasa, 05 décembre 2021 (ACP).- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a inauguré, mardi à Kinshasa,  devant les officiers  généraux  et supérieurs  des Forces armées de la RDC (FARDC)  et  de la Police  Nationale Congolaise (PNC), l’École de Guerre de Kinshasa ( EGK) et ouvert en même  temps  l’année  académique 2021 pour sa première promotion .

L’Ecole de Guerre de Kinshasa a vocation  de former des officiers supérieurs  de l’armée  et de la police appelés à  travailler à  des hautes fonctions dans les états-majors  de l’armée et  partout  où sont  traitées  des questions de  stratégie, sécurité  et défense.

Fruit de la coopération  militaire entre la RDC  et la France, l’EGK a vu le jour  grâce  à l’impulsion  donnée  par  le  Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo  et son homologue  français  Emmanuel Macron lors de leur rencontre  à  l’Élysée  en novembre 2019.

Sa création  figure en toutes lettres dans  la « Déclaration  conjointe » adoptée  en mai 2019 à  l’occasion de  la visite en RDC de Jean-Yves Ledrian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères  de la République française.

C’est pour accompagner ce projet que la direction de la Coopération  de sécurité  et de défense  de la France a dépêché  à  Kinshasa, son directeur le Général de corps d’armée  Thierry Marchand pour prendre part à cette cérémonie,  et détaché  un colonel breveté  pour occuper  les fonctions  de chef de département  Études.

L’EGK est une  école de haut niveau classée  3ème dans la catégorie des écoles de l’enseignement  supérieur  militaire  suivant les standards internationaux, le premier niveau étant celui de  l’Académie militaire de Kananga ( province du Kasaï Central) et  le 2ème,  celui de l’Ecole de commandement et d’état-major de Kinshasa au Groupement  des Ecoles Supérieurs Militaires ( GESM).

Prenant  la parole  au nom de son pays, l’ambassadeur  de France en République  Démocratique du Congo, François Pujolas a déclaré que la France est heureuse  de participer  à  cette cérémonie pour une double raison: d’abord  parce que l’EGK apporte une réponse concrète de haut niveau à  la nécessité d’adapter la formation de l’encadrement supérieur des forces armées et plus largement des forces de sécurité et, ensuite.

Pour lui, la cérémonie d’inauguration de l’École de Guerre de Kinshasa illustre de manière exemplaire, la relance du partenariat  bilatéral  RDC-France.

«La perspective  d’un retrait  progressif  et organisé  de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en RDC (MONUSCO) devra du reste s’accompagner, nous le savons, d’un mouvement plus fort de réforme du secteur de la sécurité», a déclaré  le diplomate français.

De son côté, le chef  d’état-major général  des FARDC, le Général d’armée  Célestin Mbala  a précisé  que les enseignements  de l’EGK sont orientés  vers la guerre et les domaines opérationnel, de management et  de géostratégie.

Il a fait comprendre que les apprenants de l’EGK, seront aptes, à l’issue de leur formation, à gérer une crise où sont impliquées  les FARDC. Ils seront aussi capables d’appréhender  avec  efficience  les réformes  dans le domaine de la sécurité. Leurs diplômes  seront homologués  par l’Ecole de Guerre de Paris.

Pour le chef d’état-major  général  des FARDC, l’ouverture  de cette école vient matérialiser la vision du Chef de l’Etat et Commandement  Suprême des FARDC Félix Antoine  Tshisekedi Tshilombo d’avoir une armée professionnelle capable de défendre l’intégrité territoriale du pays.

L’Ecole de guerre  de Kinshasa, la 2ème du genre  en Afrique Centrale  après celle du Cameroun,  va fonctionner  suivant les  standards internationaux.

La première  promotion est constituée de 25 stagiaires  sélectionnés  parmi les officiers  supérieurs  de l’armée et de la police. Ils seront encadrés  par  des professeurs d’Universités  civils et militaires, spécialistes des questions  de sécurité.

Après  avoir coupé  le ruban symbolique, le Président  de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a visité les homes, les bureaux et salles des cours réfectionnés et équipés par le Gouvernement congolais avec l’appui du partenaire  français.

D’autres locaux seront construits au centre-ville sur l’avenue des Forces armées. ACP/Khonde/Awa