Le PNSOV appelle le gouvernement à relever les défis en ressources humaines en santé oculaire

0
375

Kinshasa, 10 janvier 2021 (ACP).- Le Programme national de la santé oculaire et de la vision (PNSOV), dans son communiqué publié week-end dernier, a appelé le gouvernement de la RDC à relever les défis en ressources humaines en santé oculaire, rapporte un document de cette structure.

Selon la source,  les ressources humaines en RDC en santé oculaire restent les défis majeurs. Pour un pays de plus 80 millions d’habitants, seulement 218 centres de santé sont spécialisés dans les soins oculaires, avec 108 ophtalmologues.

Selon les données de 2020 du PNSOV, les 218 Centres de soins oculaires (CSO) sont repartis à trois niveaux : primaire (122 soit 56%) dans 127 zones de santé, secondaire (93 soit 42%) dans 18 des 26 provinces, tertiaire (2 soit 0,9%) ; 73 sont publiques (soit 33,5%), 99 sont confessionnelles (45,4%), 46 sont privées (21,1%).

Les statistiques du PNSOV renseignent que les 218 CSO emploient 108 ophtalmologues, dans les provinces ci-après : 74 à Kinshasa,  16 dans le Haut-Katanga (Lubumbashi),  6 au Sud-Kivu (Bukavu), 3 au Nord-Kivu (Goma),  2 au Kongo-Central (Matadi),  2 au Kasaï-Oriental (Mbuji-Mayi),  1 au Kwilu (Bandundu), 1 dans le Haut-Uélé (Isiro), 1 en Ituri (Bunia), 1 au Maniema (Kindu)  et 1 au Kasai-Central (Kananga).

Les 218 CSO emploient 36 Opérateurs des cataractes (OPECAT) répartis dans les provinces ci-après : 6 au Kongo-Central, 4 dans le Haut-Katanga, 4 dans le Lualaba, 3 à Kinshasa, 2 au Sud-Kivu, 2 dans le Kwilu, 2 au Sud-Ubangi, 2 au Mai-Ndombe, 2 au Nord-Kivu, 2 au Kasaï-Central, 2 au Kasaï-Oriental, 1 dans le Tanganyika, 1 dans le Haut-Lomami, 1 dans le Haut-Uélé, 1 en Ituri et 1 au Sankuru. La norme est d’au moins 1 OPECAT pour 250.000 habitants, le besoin est donc de 347.

En outre, les 171 Techniciens supérieurs en ophtalmologie (TSO) sont enregistrés à travers le pays, soit 50 à Kinshasa, 22 au Nord-Kivu, 19 au Kongo-Central, 14 au Kasaï-Central, 14 dans le Kwilu, 8 dans le Haut-Katanga, 7 au Sud-Kivu, 6 au Sankuru, 5 au Lualaba, 5 au Kasaï-Oriental, 4 dans le Tanganyika, 4 au Sud-Ubangi, 3 au Maniema, 3 en Ituri, 2 dans le Haut-Lomami, 2 dans la Mongala, 1 dans le Haut-Uélé, 1 dans le Mai-Ndombe, 1 dans le Kwango. Il faut au moins 1 TSO pour 100.000 habitants, le besoin est donc de 786 TSO.

La RDC compte à ce jour, 184 Infirmiers Formés en Ophtalmologie (IFO) : 17 à Kinshasa, 35 au Kongo-Central, 14 au Kwilu, 2 dans le Kwango, 4 au Mai-Ndombe, 1 dans la Mongala, 8 au Sud-Ubangi, 11 au Haut-Uélé, 8 en Ituri, 12 au Nord-Kivu, 17 au Sud-Kivu, 2 au Maniema, 13 dans le Haut-Katanga, 13 dans le Lualaba, 4 au Tanganyika, 3 au Kasaï-Oriental, 6 dans le Sankuru, 13 au Kasaï-Central et 1 au Kasaï. L’ensemble du pays compte 19 opticiens dans ces provinces : Kongo-Central : 14, Kwilu 4, Kwango 1. La norme est d’un opticien pour 100.000 habitants, le besoin est donc de 939 opticiens.

«2 Optométristes sont enregistrés, 1 à Kinshasa et 1 dans le Nord-Kivu. La norme reste de 1 optométriste pour 250.000 d’habitants, le besoin est donc de 382 optométristes (ne sont pas médecins, mais diplômés en optique et optométrie). Le pays compte seulement 4 réfractionnistes (ceux qui traitent les défauts de réfraction de l’œil) : 1 à Kinshasa et 3 au Nord-Kivu. Le pays a besoin de 954 réfractionnistes, en raison d’1 réfractionniste pour 100.000 habitants», rapporte le PNSOV.

La RDC compte seulement 2 techniciens de basse vision qui sont au Nord-Kivu. Le besoin est de 951 techniciens de basse vision, en raison d’un pour 100.000 habitants, conclu la source. ACP/CL/May