Les activistes des droits de l’homme appelé à travailler pour la transformation de la RDC

0
219

Kinshasa, 10 janvier 2020 (ACP).- Le coordonnateur général et initiateur de l’ONGDH Centre international des formations en Droits humains et développement (C.I.F.D.H/D), Boniface Kanku Bakubikila, a appelé les activistes des droits de l’homme à se donner au travail, en faisant le monitoring, des plaidoyers et des descentes sur terrain, afin de transformer la RDC.

Il a lancé cet appel samedi, lors d’une cérémonie de remise des brevets aux participants à la formation sur les droits humains, organisée par sa structure, en partenariat avec le rassemblement des femmes syndicalistes de l’administration publique (RAFSAP), au carrefour des jeunes dans la commune de Kalamu.

Dans son mot de clôture, le coordonnateur de cette structure a fait voir aux activistes qu’ils ont une grande responsabilité pour amener le changement des mentalités au sein de la communauté congolaise, tout en leur demandant de prendre conscience de la constitution qui est le livre mère pour le développement d’un pays.

M. Kanku a invité les lauréats à avoir le courage et enlever la peur afin de faire un travail professionnel contribuant à l’élévation de la nation congolaise.

De son côté, Me Patrick Tshibwabwa qui a intervenu sur le thème « comprendre les droits de l’homme, les respecter et les faire respecter », a invité les Défenseurs des droits de l’homme (DDH) à aider l’Etat congolais à respecter les droits humains en faisant des plaidoyers.

Il a ajouté que les droits de l’homme constituent la finalité d’un État de droit tout en leur demandant de ne pas les négliger.

Pour le respect de l’environnement

Quant à elle, Mme Marceline Matondo, une des formateurs ayant basé son intervention sur la sécurité alimentaire, a appelé le peuple congolais à respecter l’environnement source des produits alimentaires.

Selon elle, les DDH ont pour objectif de protéger et de promouvoir les droits de l’homme dans tous les domaines de la vie, notamment, la santé, la sécurité, l’éducation et autres.

Elle a fait savoir que plus de 70% de la population congolaise vivent dans une insécurité alimentaire. « L’Etat congolais doit donc garantir la sécurité alimentaire de la population à travers les ministères de l’Environnement, de l’Agriculture et des Affaires sociales afin que celle-ci bénéficie des aliments sains et bio« , a indiqué Mme Matondo.

Les lauréats de cette formation ont remercié l’ONGD CIFDH/D, notamment son fondateur, le coordonnateur Boniface Kanku pour son initiative dans le but de renforcer leur capacité dans le domaine des droits humains. « Cette formation nous permettra d’aider la population congolaise et le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo dans la dénonciation des violeurs des droits humains afin de vivre l’Etat des droits et que la RDC devienne un pays basé sur la justice« , ont déclaré les participants à cette formation.

Cet atelier de formation de 21 jours a connu la participation de 50 DDH lesquels ont partagé les notions générales des droits humains, du monitoring, des plaidoyers, de l’organisation et compétence judiciaire, santé communautaire et sécurité alimentaire.

Créée le 08 octobre 2008, le Centre international des formations en droits humains et développement (CIFDH/D-ONGDH) est implanté dans plusieurs provinces du pays et à l’étranger avec comme objectif de transmettre les connaissances sur les droits humains et de renforcer les capacités des congolais en matière de la justice. ACP/CL/Fmb