Les produits en plastique interdits à partir du 15 janvier à Maurice

0
452

Kinshasa, 11 janvier 2021 (ACP).- Les divers contenants faits en plastique seront interdits à partir du 15 janvier à Maurice, à l’exception des contenants utilisés dans l’industrie alimentaire, a annoncé lundi le gouvernement cité par des médias étrangers.

Selon ces sources, la loi interdisant ces contenants avait été votée au mois de juillet 2020 et un moratoire avait été accordé afin d’habituer les citoyens et préparer les alternatives. Toutefois, ajoutent les mêmes sources, le secteur de l’alimentaire, à travers notamment l’Association des manufacturiers mauriciens, avait demandé un report de son application en expliquant que les alternatives n’étaient pas encore disponibles à Maurice ou pas de qualité satisfaisante.

Le conseil des ministres réuni vendredi a ainsi accepté un moratoire jusqu’au 15 janvier 2022 en ce qui concerne l’interdiction des bols, tasses et plateaux en plastique non biodégradable à usage unique utilisés par l’industrie alimentaire locale pour l’emballage de produits alimentaires frais, précuits ou cuits.

Les modifications à la loi devront également inclure une définition des termes « bol en plastique », « gobelet en plastique » et « plateau en plastique ». Par ailleurs, le gouvernement mauricien a aussi prévu un nouveau moratoire jusqu’au 15 avril prochain pour les pailles en plastique rattachées à des briques de boisson, les plateaux jetables ainsi que les couvertures de conteneur utilisées pour l’emballage d’aliments crus, frais, frigorifiés ou congelés, notamment les fruits, les fruits de mer et la viande entre autres, un délai supplémentaire de trois mois a été accordé pour trouver d’autres moyens.

Selon la nouvelle législation, les autres objets suivants en plastique sont désormais interdits dans la République de Maurice : cuillères, couteaux, fourchettes, couvertures jetables, mélangeurs de boisson et autres récipients jetables en plastique. Tout contrevenant pourra payer jusqu’à 50 dollars de pénalité, un revendeur jusqu’à 1.250 dollars et un fabricant d’objets plastiques jusqu’à 2.500 dollars. En cas de récidive, l’amende sera encore plus sévère. ACP/Kayu/Nig