Organisation prochaine d’une table ronde de l’éducation environnementale Kinshasa d’une

0
504

Kinshasa, 11 janvier 2021 (ACP).- L’ONG Réseau des éducateurs du développement durable (REDD), en partenariat avec l’Association pour l’éducation environnementale de l’Afrique Australe (EEASA), organise mardi 26 janvier prochain, une table ronde de l’éducation environnementale dans le but de promouvoir l’écologisation dans l’enseignement de base et d’inspirer les professions vertes, a indiqué lundi le coordonnateur de cette ONG, lors d’un entretien avec l’ACP.

Selon M Mbaki, l’environnement est un nouveau domaine dans le paysage de l’éducation, de la formation et du développement des compétences, mais aucune structure solide n’existe pour traiter l’environnement en tant que préoccupation transversale.

Cette table ronde, a-t-il enchéri, va explorer le fondement de l’enseignement de base en sondant l’intégration des notions de l’environnement et de développement durable  dans le programme national d’enseignement de base. Elle vise à partager le travail effectué par les cocus des ONG que rassemble le REDD dans la planification des compétences environnementales sur une série de ressources sur les carrières environnementales pour l’amélioration du programme national de l’enseignement de base.

Les thématiques choisis pour cette activité sont notamment, la dynamique de l’intégration de la jeune fille à l’éducation pour un avenir assuré, l’intégration des notions de développement durable dans  l’éducation de base, l’engagement communautaire et moyen de subsistance durable, le renforcement des partenariats pour la réalisation des objectifs ainsi que l’économie verte, perspective et importance.

Le REDD est une structure adjacente de soutien, d’accompagnement et de matérialisation  de 17 objectifs de développement durable qui s’inscrivent dans le roadmap de l’ONU. Il s’implique dans les enjeux prioritaires des problèmes sociaux dont les impacts négatifs ne cessent d’augmenter tout en favorisant les inégalités, la mauvaise insertion sociale, la faible inclusion des filles à l’éducation, le changement climatique et les disparitions de certaines espèces. ACP/Kayu/FMB