Le chanteur-guitariste Johnny Bokelo un modèle de promotion des mœurs congolaises via la musique

0
555

Kinshasa, 12 janv.2021 (ACP) -. Les fanatiques de la rumba et de la musique congolaise  en général ont évoqué, mardi, quelques souvenirs du chanteur et guitariste Johnny Bokelo Isenge, notamment celui de promoteur des mœurs et des langues nationales de la RDC via la musique,  à l’occasion du 25ème anniversaire de sa disparition.

D’après  eux,  cet artiste-musicien décédé le 15 janvier 1995 après une longue  période de maladie,  a su forger cette image grâce  notamment à sa connaissance approfondie de la langue nationale, en l’occurrence le  « Lingala », qu’il parlait avec aisance.

Ces congolais  témoignent que Johnny Bokelo  s’était distingué par ses capacités  à concilier les vertus traditionnelles et les goûts d’un très large public à travers ses compositions de « Mwambe », dont il tire l’inspiration pour le « Mwambe » n°01, en 1961 à Brazzaville, au cours d’un concert chez « Elysée Bar » à Moungali.

Né en 19930 au Congo Belge, Johnny Bokelo  a commencé sa carrière musicale au début des années 1960 au sein de l’orchestre « Conga jazz » qui avait succédé quelque temps avant à « Conga- succes » en compagnie de son frère « Jean-José Lohota ».

Son talent et son savoir-faire très appréciés aux éditions «  « Loningisa » où il travaillait, lui permirent d’enregistrer quelques temps après avec l’ « Ok jazz » ses deux premières chansons à succès  et bestsellers de l’époque : « Makanisi makondisi ngai » et  « Elongi na yo ya bownana ».

En 1964 le  « Conga Succes » a atteint son apogée, grâce aux  mérites obtenus avec l’appui des musiciens talentueux de l’époque notamment, « Paul Ebengo  Dewayon », « Jean Bokelo », « José Lohota », « Don Pierrot », « Mombembe », etc. Ceci, quelques  années avant qu’il décida de faire cavalier seul.

C’est ainsi qu’il créa en 1968, son propre groupe « Conga 68 », un grand orchestre plein de fouge, jouant avec une belle mise en place des arrangements simples qui combinent avec les nouvelles conceptions des « Mwambe ».

Jean Bokelo, pour certains, Johnny Bokelo pour les intimes, plus-tard pour l’authenticité Bokelo-Isenge,  son habileté et son talent ont pu perpétuer son règne au-delà des années 70.

Ce chanteur-guitariste  avait visé à conférer à la série des « Mwambe », des chants riches en émotion et paroles éducatives, sans compter la sonorité de sa guitare  dont il savait improviser des figures mélodiques avec beaucoup de facilité extraordinaire. ACP/Zng/Cfm/GGK/Thd