La question de la reprise des séances des délibérations et de défense évoquée au ministère de l’ESU

0
548

Kinshasa, 13 janvier 2021(ACP).- Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire(ESU), Thomas Luhaka Losendjola et son collègue de la Santé , Dr  Eteni Longondo, la vice-ministre de l’ESU, Liliane Banga  , ainsi que le Pr Dr Jean –Jacques Muyembe, coordonnateur du secrétariat général technique de lutte contre la COVID-19,ont examiné mercredi avec les chefs d’établissements de l’ESU la possibilité  de la reprise des délibérations et défense des mémoires et  des thèses de doctorat dans les universités et  instituts supérieurs.

Les participants à cette réunion tenue à l’Hôtel Béatrice à Kinshasa, ont souligné l’impérieuse nécessité du respect des gestes barrières, lors de la reprise  de séances de défenses et de délibération pendant cette période de suspension des activités académiques.

Ces mesures d’assouplissement  seront soumises au Premier ministre afin de permettre à ce dernier de répondre positivement  au cahier des charges des chefs d’établissements qui subissent  ce dernier temps, une pression  des étudiants pour la reprise des activités académiques suspendues depuis décembre 2020 à cause de la deuxième vague de COVID-19.

L’appui à la désinfection des auditoires et des bureaux dans les universités et instituts supérieurs, le début des activités de l’année académique 2020-2021 dans le respect des gestes barrières, l’organisation de dépistage massif contre la COVID-19 dans les établissements de l’ESU, l’organisation des délibérations, de défense des mémoires, thèses et les examens de deuxième session de l’année académique 2019-2020, ont constitué l’essentiel  de  ce cahier des charges.

La directrice générale de l’Institut supérieur pédagogique (ISP/Gombe), le Pr Emilienne Akonga et d’autres  chefs d’établissements de la conférence de Kinshasa ainsi que le recteur de l’Université de Goma(UNIGOM),  qui ont fait l’état des lieux de leurs institutions respectives en rapport avec le calendrier académique 2019-2020, ont salué ces mesures d’assouplissement.  Ces séances académiques  regrouperont  10 à 20 personnes.

L’évaluation  prochaine de la reprise des activités académiques et scolaires

Les universités et les écoles vont attendre l’évaluation de la courbe ascendante de la 2ème vague de COVID-19 qui aura lieu dans  deux   semaines en vue d’ être fixées sur les possibilités de la reprise des activités académiques et scolaires, a déclaré le ministre de la Santé , Dr Eteni Longndo.

Il a souligné que les mesures prises par le Chef de l’Etat et le gouvernement visent à protéger la population contre cette deuxième vague de COVID-19  dont la courbe  est ascendante avec le chiffre de 330  cas des contaminés par jour pourtant à la 1ère vague  déclarée le 10 mars 2020 n’avait pas  atteint ce chiffre.

Le Dr Eteni a exhorté les recteurs et les directeurs généraux  sur la nécessité de s’impliquer dans la sensibilisation des  universitaires et de la population dans le respect des mesures barrières pour lutter contre cette pandémie.

Il a rassuré à ses interlocuteurs qu’il n’aura pas d’année blanche dans les universités et les écoles de la RDC étant donné que le Président de la        République et le gouvernement s’attèlent à renforcer la lutte contre cette pandémie.

Les universitaires congolais appelés à la solidarité et à chasser l’ignorance

Le Dr Muyembe a appelé les universitaires congolais  à la solidarité dans la valorisation des résultats des recherches pour rendre service à la population et à chasser aussi l’ignorance et le populisme en vue  de s’impliquer dans la lutte contre la COVID-19.

Le Pr Muyembe qui est directeur de l’Institut national de recherches biomédicales(INRB) a félicité les chefs d’établissements pour leur engagement dans la formation  de l’élite intellectuelle.

Il a également, comme son prédécesseur, exprimé le souci qui l’anime dans la protection de la population contre cette deuxième vague de COVID-19 très compliquée et mortelle dont 32% d’échantillon donne des cas positifs.

Le Dr Muyembe s’est dit d’accord pour le renforcement de dépistage dans les universités et instituts supérieurs.

« Les délibérations et la défense des mémoires et des thèses de doctorat peuvent se faire en petit nombre en évitant un rassemblement de plusieurs personnes », a dit le Pr Muyembe.

La lutte menée par le Pr Jean-Jacques Muyembe  contre la maladie à virus Ebola et la pandémie à Coronavirus, a atteint une renommée internationale.

Il vient d’être  cité dans une revue  américaine parmi les 100(cent) personnalités les plus influentes du monde à cause de ses recherches.

La RDC partie prenante du vaccin contre COVID-19 mais reste d’abord dans l’observation

La RDC est partie prenante du vaccin contre la COVID-19 appliquée partout dans le monde  mais elle  reste d’abord dans l’observation  trois à quatre  mois, des pays qui l’appliquent déjà, a indiqué le ministre de la Santé Eteni Longondo devant les recteurs et les directeurs généraux des établissements de l’ESU de Kinshasa.

Le vaccin, a-t-il dit, est un moyen incontournable épidémiologique pour lutter contre cette pandémie. « Nous acceptons le vaccin mais nous devons d’abord observer les pays  qui l’utilisent déjà  pour savoir s’il n’y a pas d’effets négatifs ».

Le ministre  de la Santé a aussi salué les différents résultats des chercheurs congolais sur la pandémie à Coronavirus lesquels  doivent être certifiés dans le pays et par l’OMS en vue d’un impact réel dans le monde. Le gouverneur de la ville province de Kinshasa a été représenté, à cette réunion, par le ministre provincial de la Santé.

ACP/Ngayama