L’OMS souhaite la vaccination en cours dans tous les pays en 100 jours

0
219

Kinshasa, 16 janvier 2021 (ACP).-  Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus a souhaité vendredi que tous les pays aient commencé à vacciner leur population contre la Covid-19 dans les 100 prochains jours, ont rapporté samedi les médias internationaux.

Il a émis ce souhait compte tenu du nombre de morts dus au nouveau coronavirus qui vient d’atteindre la barre des deux millions dans le monde. « Je veux voir une vaccination en cours dans tous les pays lors des 100 prochains jours afin que les agents de santé et les personnes à haut risque soient protégés en premier », a indiqué Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’un point de presse à Genève.

Le chef de l’OMS a rappelé que certains pays d’Europe, d’Afrique et d’Amériques connaissent « des pics de cas où de multiples facteurs entraînent un risque de transmission ». « Cela s’explique par le fait que nous ne parvenons pas collectivement à briser les chaînes de transmission au niveau communautaire ou au sein des ménages », a-t-il déploré, soulignant : « Nous devons combler l’écart entre l’intention et la mise en oeuvre au niveau des pays et des individus« .

Le Comité d’urgence de l’OMS s’est réuni jeudi et a formulé une série de recommandations sur la pandémie, alors que de nouveaux variants sont apparus dans plusieurs pays.

Au sujet des variants, le comité a appelé à une expansion mondiale du séquençage génomique et du partage des données, ainsi qu’à une plus grande collaboration scientifique pour le traitement.

Concernant les vaccins, les experts du Comité d’urgence ont souligné la nécessité d’un accès équitable par le biais du mécanisme COVAX ainsi que d’un transfert de technologie pour augmenter les capacités de production mondiales.

S’agissant de l’utilisation potentielle de certificats de vaccination pour les voyages internationaux, le Comité d’urgence de l’OMS a recommandé qu’étant donné que l’impact des vaccins sur la réduction de la transmission est encore inconnu et que la disponibilité actuelle des vaccins est trop limitée, « les pays n’exigent  pas de preuve de vaccination des voyageurs entrants ».« Le comité a conseillé aux pays de mettre en oeuvre des mesures coordonnées et fondées sur des preuves pour voyager en toute sécurité et de partager avec l’OMS les expériences et les meilleures pratiques apprises », a précisé l’agence onusienne. ACP/CL/KJI