Ituri : 647 personnes tuées par 3 groupes armés entre mai et décembre 2020, selon le BCNDH

0
222

Bunia, 17 Janvier 2021 (ACP).- 647 personnes ont été tuées parmi lesquelles 120 femmes et 115 enfants  par les combattants de divers groupes armés dont certains réunis au sein de la Coopérative de développement économique du Congo (CODECO), les Forces patriotiques et intégrationnistes du Congo(FPIC) et le Front populaire d’autodéfense en Ituri(FPAC)/Zaïre, rapporte le communiqué de presse du Bureau conjoint des Nations-Unies aux droits de l’homme (BCNDH) parvenu samedi à l’ACP.

Les violences qui sont intensifiées par ces forces négatives se sont étendues des territoires de Djugu et Mahagi au territoire d’Irumu avec deux nouveaux groupes armés, les FPIC proches de la communauté Bira et les FPAC/Zaïre, proches de la communauté Hema, souligne la source.

Par contre le groupe armé CODECO note la source, s’est davantage fragmenté d’une part en raison des opérations militaires et de l’autre les conflits de leadership et a continué de s’attaquer souvent en coalition avec les combattants des FPIC aux populations Hema et aux membres d’autres communautés y compris de la communauté Lendu.

L’activisme de toutes ces forces négatives a aggravé la crise humanitaire dans la zone qui a enregistré depuis fin  novembre 2020 plus de 1.600.000 déplacés internes, déplore le BCNDH.

Le gouvernement de la République, avec l’appui de la Monusco, continue à fournir des efforts pour sécuriser les populations, mettre fin aux conflits intercommunautaires et garantir la stabilité de la région.

Pour la restauration d’une paix durable, le BCNDH formule plusieurs recommandations entre autres ; la restauration de l’autorité de l’État, la protection de civils, la mise en place d’une justice transitionnelle, la lutte contre l’impunité, encouragement a gouvernement de la République à poursuivre les enquêtes judiciaires, arrestation et traduction devant les juridictions compétentes des auteurs de violations et atteintes aux droits de l’homme les plus graves et de violations du droit international humanitaire, harmonisation des mécanismes de résolution pacifique du conflit ainsi que la poursuite des efforts de réconciliation entre communautés. ACP/CL/Fmb/May