Les peuples autochtones pygmées recommandent la condamnation des crimes contre leurs communautés

0
195

Kinshasa, 19 janvier 2021 (ACP).– Les réseaux de peuples autochtones pygmées ont recommandé à l’Etat congolais de condamner publiquement les actes ignobles perpétrés à l’endroit de leurs communautés dans différentes provinces de la République démocratique du Congo (RDC).

Cette recommandation a été faite mardi, au cours d’une conférence de presse au siège de la Dynamique des groupes des peuples autochtones (DGPA) à Kinshasa, tenue par les organisations qui militent pour les droits de cette catégorie de personnes, notamment la DGPA et le Réseau des populations autochtones et des communautés pour la gestion durable des écosystèmes forestières.

Cette conférence a été organisée au lendemain du massacre des peuples autochtones pygmées survenu le 14 janvier passé dans le village de Masini, chefferie de Walese Vonkutu, dans le territoire d’Irumu, dans la province d’Ituri, par les groupes armés s’identifiant aux ADF/NALU et d’autres milices locales.

Outre la condamnation des auteurs de ces atrocités, les réseaux des peuples autochtones ont également demandé à l’Etat congolais de mettre en place une équipe indépendante et participative pour mener des enquêtes objectives afin de cerner les causes profondes du massacre des pygmées et d’éviter que la province de l’Ituri ne sombre à nouveau dans un conflit interethnique.

Selon les réseaux, il faudra aussi rendre justice et réparation aux familles meurtries tout en traduisant les auteurs et les co-auteurs de ce crime contre l’humanité en justice à travers des audiences foraines. Ils souhaitent aussi que soit dépêchée une équipe humanitaire pour prendre en charge les familles meurtries et les rescapés de ce crime.

L’Etat congolais est également appelé à mettre en place des dispositifs sécuritaires pour protéger les autochtones pygmées face à d’autres groupes et prévenir d’autres violations des droits de l’homme qu’ils subissent dans la gestion des aires protégées sur l’ensemble de la République, particulièrement dans les provinces de l’Ituri, du Tanganyika et du Sud-Kivu.

La communauté internationale appelée à rendre justice en faveur des protecteurs des forêts

Les réseaux de peuples autochtones pygmées ont, par ailleurs, demandé à la communauté internationale de condamner ce crime tout en exigeant que la justice et la réparation soient rendues en faveur des protecteurs des forêts ainsi que leurs biodiversités.

Pour eux, les coupables devraient être arrêtés afin de payer de leurs actes.

Ils souhaitent également voir la communauté internationale accompagner l’Etat congolais dans ses efforts de pacification du pays et dans les opérations d’éradication des groupes armés.

Quant aux peuples autochtones pygmées, ils leurs ont recommandé de continuer à croire à leur destin et à la lutte pacifique ainsi qu’aux efforts menés par tous ceux qui sont engagés dans la lutte pour le rétablissement de leur dignité, le respect de leurs droits et de demeurer solidaire.

Les réseaux ont décrété trois jours de deuil en mémoire de 46 femmes, vieillards et enfants pygmées massacrés ACP/Awa