Organisation d’un atelier national sur l’évaluation conjointe des risques à Kinshasa

0
118

 Kinshasa, 20 janvier. 2021 (ACP).- L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a organisé mardi à Kinshasa un atelier sur l’Evaluation Conjointe des Risques (ECR).

Les participants à ces assises qui proviennent essentiellement des ministères clés impliqués dans la plateforme One Health (une santé), des institutions académiques et de recherche, des partenaires techniques et du secteur privé ont réalisé une évaluation conjointe des risques en utilisant l’outil opérationnel ECR (JRA tool) de la tripartite (FAO, OMS et OIE) et appliqué le processus ECR pour deux maladies zoonotiques prioritaires au niveau national (Grippe aviaire et Maladie à virus Ebola).

Ces travaux se sont déroulés en mode virtuel et en présentiel par la combinaison plusieurs approches pédagogiques incluant les présentations power point, les travaux des groupes, les discussions en plénière et la visioconférence.

Le vice ministre de la Santé, Albert Mpetsi a fait savoir que la collaboration entre les secteurs de la santé animale, humaine et de l’environnement devient une nécessité pour permettre aux acteurs de se préparer, de détecter et d’évaluer efficacement les zoonoses émergentes et endémiques et les autres menaces pour la santé afin d’intervenir rapidement.

Cette collaboration exige la mise en place des stratégies synergiques telles que la communication, la coordination et la collaboration entre les ministères, départements et agences, y compris le secteur privé, souvent directement ou indirectement impliqué dans de nombreux faits ayant un impact ou un enjeu de santé publique.

D’où l’organisation de cet atelier national  qui réunit son secteur et différents partenaires afin de permettre aux participants de ressortir les éléments capables de promouvoir la collaboration intersectorielle dans les évaluations des maladies zoonotiques.

Pour  le représentant adjoint de la FAO en RDC, Nourou Tall, lorsque les secteurs concernés contribuent ensemble à l’Evaluation Conjointe des Risques (ECR) en termes de données, connaissances et expertise, la quantité et la qualité d’informations disponibles pour estimer les risques augmentent considérablement et l’évaluation devient alors plus précise avec moins d’incertitudes.

Il a ajouté que le succès de l’ECR est lié à une communication efficace entre les secteurs tout au long du processus, axé sur un consensus sur le résultat de l’analyse et la production d’un rapport conjoint et harmonisé de l’analyse.

Par ailleurs, la coordinatrice du comité de la plateforme One Health « Une santé », le Pr Nadège Ngombe Kabamba, a fait savoir que cet atelier est organisé dans le but de promouvoir la collaboration multisectorielle dans les évaluations des risques des maladies zoonotiques. ACP/Kayu/KJI