Promesse  d’accompagner «Cris de la femme» dans son plaidoyer pour la création d’un tribunal pénal

0
158

 Kinshasa, 20 janvier .2021 (ACP).- La députée nationale Jeannette Mapera Kavira  promet d’accompagner l’ONG «Cris de la femme» dans son plaidoyer visant la création d’un  tribunal  pénal, a confié mercredi à l’ACP, un membre de cette structure citoyenne.

Pour cette élue, la mise sur pied de cette juridiction d’exception va décourager  les auteurs  des viols et  des  crimes  et  tous les génocidaires qui écument  la partie orientale du pays. Elle a dit mettre à profit sa qualité de députée pour convaincre ses collègues à soutenir cette demarche de «Cris de cœur» qui s’inscrit dans le cadre des stratégies destinées à ramener la paix en RDC.

Madame Mapera croit dur comme fer qu’il est temps que l’insécurité à Beni et aux autres points chauds prenne fin parce à l’heure qu’il est les hommes et les femmes ne peuvent pas accéder à leurs champs. C’est qui provoque la misère et la désolation.’’ L’idée d’un  tribunal pénal est louable pour que les commanditaires de ces crimes soient  punis afin de rendre justice à des milliers des familles éprouvées injustement’’, a-t-elle déclaré.

La députée a fait savoir que dans le cadre de bon voisinage, il est normal que des échanges des personnes et des biens se fassent entre les pays voisins mais cela doit se faire dans le strict respect des règles relatives à l’immigration. L’étranger ne doit pas venir pour envahir, a-t-elle dit encore.

Pour rappel, «Cris de la femme» s’est engagée depuis belle lurette à mener des plaidoyer auprès des décideurs et d’autres personnalités pour trouver des solutions devant ramener une paix durable à l’est du pays.

 La LUCHA pour la commémoration d’une Journée dénommée «Journée du souvenir pour Beni»

 Le mouvement citoyen «Lutte pour le Changement (LUCHA)»  plaide pour la commémoration en date du 02 octobre de chaque année d’une journée dénommée «Journée du souvenir pour Beni», indique un document de cette structure parvenu mercredi à l’ACP.

Selon la source, 1 206 civils ont été tués à Beni depuis le lancement le 30 octobre 2019 des opérations militaires dites des grandes envergures. Elle note cependant que ces dernières ont favorisé la disparition des assaillants qui continuent à exécuter la population.

Eu égard à ce bilan macabre et pour honorer la mémoire de ces civils tués, la LUCHA recommande au gouvernement l’érection d’un mémorial en ville de Beni. ACP/Kayu/KJI