Nécessité de développer  autour du secteur minier d’autres secteurs  primaire et tertiaire

0
87

Kinshasa, 25 janvier 2021 (ACP).- Le Secrétaire général aux mines, Augustin, Kasanda Ngoy, a dans son intervention, le weekend à Kinshasa,  au séminaire axé sur le thème : « Secteur minier congolais, moteur de croissance pour la modernisation de la République démocratique du Congo (RDC) », souligné qu’il y a nécessité de développer autour du secteur minier d’autres secteurs primaires et tertiaires, susceptibles de le soutenir et de soutenir subséquemment l’économie nationale en cas de vulnérabilité du secteur minier.

Selon les services du Secrétariat général des mines qui ont livré cette information lundi à l’ACP, les opérateurs économiques qui ont pris part à  ce séminaire organisé par le ministère de l’Industrie, l’objectif  poursuivi était  d’appréhender, non seulement la façon dont le secteur peut résoudre ses problèmes, mais aussi, stimuler les investissements et capitaliser les possibilités offertes au secteur.

Dans son intervention sur le sous-thème : «  La chute des matières minérales, défis pour booster l’économie »,M.Kasanda, a  préconisé le réinvestissement des dividendes du secteur miniers dans l’agriculture et l’élevage qui sont, selon lui, des secteurs susceptibles de créer des emplois. Avant d’ajouter que « La rentabilité commerciale des métaux pose des problèmes du fait que le gouvernement assiste souvent à la baisse du capital investi par les opérateurs miniers ».

Pour M. Kassanda, la compression des ressources budgétaires et l’inflation constituent un goulot d’étranglement pour le développement du secteur minier en matière de croissance. « Il est plus que temps de faire réellement du secteur minier, un secteur intégrateur et moteur de la diversification de l’économie nationale pour la poursuite de la modernisation du pays. J’appelle les participants à donner les meilleurs d’eux-mêmes afin de formuler des alternatives concrètes, susceptibles de conduire le gouvernement à diversifier l’économie nationale », a-t-il conclu, avant de reconnaitre que l’économie de la RDC est sensiblement affectée par la baisse des cours des matières premières, en l’occurrence les minérales. ACP/Kayu/Nig/NKV/MNI