La junte militaire malienne officiellement dissoute

0
314

Kinshasa, 27 janv. 2021 (ACP) – Cinq mois après le coup d’État qui a renversé l’ancien président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, un décret gouvernemental a mis fin au règne du comité national pour le salut du peuple (CNSP), a annoncé mercredi Chine nouvelle.

Lorsque les militaires ont destitué l’ex chef de l’état, le 18 août dernier, la junte a brièvement gouverné le pays et est restée officiellement en place même après que les putschistes aient remis le pouvoir au gouvernement de transition civil intérimaire.

Une réalité qui a soulevé des questions sur l’influence continue de l’armée.

Les militaires maliens ayant également maintenus une forte emprise sur le gouvernement intérimaire. Avec notamment le colonel Assimi Goïta, leader du coup d’État et du CNSP, qui est actuellement le vice-président par intérim du Mali.

Les 15 membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a servi de médiateur dans les conflits politiques au Mali, avaient exhorté le gouvernement intérimaire à démanteler la junte le 12 janvier.

Centrafrique : des manifestations contre l’embargo imposé aux FACA

Les centrafricains protestent contre le prolongement de la durée de l’embargo sur les armes à destination des forcées armées centrafricaines (FACA), a-t-on  appris mercredi des sources concordantes.

Depuis quelques jours plusieurs manifestations rythment le quotidien des résidents de Bangui la capitale suite à la décision du conseil de sécurité des Nations Unies  à ce sujet. En dénonçant ce qu’ils jugent comme étant un complot international pour déstabiliser la république centrafricaine, l’initiative du mouvement citoyen montre sans aucun doute son soutien aux institutions étatiques et un élan vers des consciences.

On croit savoir en outre que les Centrafricains sont conscients du danger que représentent les groupes armées rebelles encore actifs dans certaines parties du pays. ACP/FNG/Kayu/KJI/CKM