Rien n’indique que les vaccins actuels soient inefficaces contre les nouvelles variantes du COVID-19, selon un expert

0
333

Kinshasa, 28 janvier 2021 (ACP).- Les études ont jusqu’à maintenant prouvé que les vaccins actuels restaient efficaces contre les variantes du COVID-19, une maladie qui a déjà touché plus de 100 millions de personnes à travers le monde, ont rapporté jeudi les médias internationaux, citant un expert cité par The Daily.

«Malheureusement, plusieurs mutations récentes semblent avoir été bénéfiques pour le virus, en renforçant sa capacité à nous infecter même après une exposition faible. Heureusement, les fabricants de vaccins ont étudié ces variantes de près, et rien n’indique pour le moment que ces nouvelles souches puissent échapper aux vaccins actuels», a révélé Mark Cameron, qui a mené des recherches sur le COVID-19 et sur diverses autres maladies infectieuses en tant que professeur associé de l’Ecole de médecine de la CWRU.

Moderna, le premier concepteur d’un vaccin contre le COVID-19, a même publié lundi des données montrant que le sang des patients ayant reçu le vaccin pouvait toujours totalement neutraliser la variante du virus issu du Royaume-Uni, connue sous le nom de B.1.1.7, a ajouté M. Cameron, qui faisait partie de l’équipe de recherche et d’intervention rapide lorsque le SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) a frappé Toronto au début des années 2000.

«Bien qu’une certaine baisse du pouvoir neutralisant du vaccin ait été observée face à la variante identifiée en Afrique du Sud (B.1.351), les personnes vaccinées parvenaient cependant toujours à repousser le virus. Bien sûr, des études supplémentaires sont en cours pour mieux comprendre l’étendue et la durée de l’immunité», a-t-il expliqué.

Quant à la crainte que les nouvelles variantes soient plus dangereuses parce qu’elles se transmettraient plus facilement ou causeraient des dommages plus importants en cas d’infection, le professeur a simplement déclaré : «Nous ne le savons pas encore avec certitude».

Il a également noté que les sociétés pharmaceutiques travaillaient à mettre à jour leurs vaccins pour couvrir les nouvelles variantes.

«Les vaccins contiennent un message que nos cellules lisent pour créer leur propre version de la protéine S du SRAS-CoV-2, afin d’indiquer à notre système immunitaire comment réagir. Même si le message véhiculé par la protéine S du COVID-19 change dans la nature, il est facile de changer ce même message dans le vaccin, afin qu’il continue à correspondre aux nouvelles variantes», a-t-il ajouté. ACP/ZNG/Awa