L’insécurité à la base de l’aggravation de la situation des déplacés internes et des refugiés en RCA

0
156

Kinshasa, 29 janvier 2021(ACP).- L’insécurité a aggravé les deux derniers mois, la situation de plus de 200 mille déplacés internes et des refugiés en République centrafricaine (RCA), indique le Haut-commissariat des Nations pour les refugiés (HCR) dans un communiqué reçu vendredi, à l’ACP.

Selon la source, ces déplacés internes et ces refugiés vivent dans des conditions effroyables  dans des zones reculées et difficiles d’accès, près des berges, sans abri et dépourvus de vivres.

« Ils dépendent de la pêche dans la rivière et de ce que les villageois peuvent leur donner. Malheureusement, les ressources des communautés hôtes dans ces régions reculées sont extrêmement limitées », souligne le communiqué du HCR.

D’après le communiqué, le nombre de réfugiés arrivés en République démocratique du Congo (RDC) a atteint désormais 92.000  et environ 13.240 personnes ont par ailleurs rejoint le Cameroun, le Tchad et le Congo, depuis la réapparition des violences en décembre 2020, avant les élections présidentielles en RCA.

Environ 100.000 personnes sont déplacées internes en RCA, selon les statistiques collectées par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), précise la source, soulignant que l’instabilité persistante entrave les efforts d’aide humanitaire et pose des difficultés pour accéder auprès des déplacés internes. La route principale habituellement empruntée pour ravitailler Bangui a été fermée.

La source note également que des groupes armés se trouveraient dans les sites de Batangafo et Bria où des communautés déplacées ont trouvé abri. Cette présence qui compromet fortement la protection des personnes déplacées, compromet fortement la protection des personnes déplacées, constitue un signe de violation manifeste de la nature humanitaire et civile de ces sites.

Ces personnes déplacées risquent de subir de conséquences néfaste de la part des éléments des groupes armés notamment, le recrutement forcé, la restriction de mouvement, l’extorsion ou les menaces, indique la source.

En RDC, les nouveaux arrivants ont traversé les rivières Oubangui, Mbomou et Uélé qui constituent la frontière naturelle du pays avec la République centrafricaine et d’autres sont arrivés dans 40 localités au sein des provinces du Nord-Oubangui, du Sud-Oubangui et du Bas-Uélé, ajoute la source.

« Les réfugiés ont déclaré au HCR qu’ils avaient fui dans la panique après avoir entendu des tirs et qu’ils ont abandonné toutes leurs possessions derrière eux.

Pour beaucoup, la rivière est également la seule source d’eau pour boire, se laver et pour la cuisson. Le paludisme, les infections respiratoires et les diarrhées sont devenues fréquentes parmi les réfugiés. Les partenaires du HCR traitent les patients et distribuent des médicaments car les besoins augmentent. Le HCR distribue déjà des articles de secours aux familles les plus vulnérables dans la province du Sud-Oubangui, alors que du matériel d’aide supplémentaire est arrivé la semaine dernière dans les provinces du Nord-Oubangui et du Bas-Uélé », renseigne la source.

En dépit de cette distribution, les réfugiés ont d’urgence besoin de nourriture et d’abris, d’eau potable, d’articles de première nécessité, de matériel d’hygiène et des soins de santé pour prévenir la propagation de Covid-19 et d’autres maladies. Ils ont également besoin de documents d’identité.

Le HCR procède à l’enregistrement biométrique quotidien de près de 1000 nouveaux arrivants, ce qui permet d’identifier les personnes vulnérables. Il travaille étroitement avec les autorités, intensifie les activités d’enregistrement et met à jour les statistiques sur la population grâce aux enregistrements.

Selon la source, le HCR pré-positionne du matériel de secours à Yakoma, dans la province du Nord-Oubangui, avant que de vastes zones ne deviennent inaccessibles par la route en raison de l’arrivée imminente de la prochaine saison des pluies.

Dans six semaines, les précipitations entraveront la fourniture d’aide aux réfugiés dans les régions du Bas-Uélé et du Nord-Oubangui, à moins de recourir au transport aérien par avion-cargo à un coût considérable pour lequel le HCR doit collecter des fonds.

Le financement du travail du HCR pour l’aide humanitaire est déjà dramatiquement faible, alors que le nombre de réfugiés et leurs besoins continuent de croître.

« Nos besoins en financements pour l’aide aux réfugiés centrafricains en 2021 s’élèvent à 151,5 millions de dollars et sont actuellement financés à hauteur de 2% seulement. Les besoins devraient encore croître du fait des tout derniers déplacements », précise le communiqué.

Le HCR appelle d’urgence la communauté internationale à mobiliser des fonds, afin que les organisations humanitaires puissent fournir une aide vitale aux réfugiés centrafricains et à leurs hôtes. ACP/FNG/NYG/JFM