Plusieurs options levées sur la tenue de la 34ème session ordinaire des Chefs d’État de l’UA

0
264

Kinshasa, 31 janvier 2021 (ACP).- Le bureau sortant de l’Union africaine (UA), présidence tournante, exercice 2019-2020, a levé plusieurs options sur les modalités de la tenue de la 34 ème session ordinaire des Chefs d’État et de gouvernement, prévue le 06 février prochain à Addis-Abeba, en Ethiopie, au regard du contexte particulier qu’impose la pandémie de la Covid-19, au cours d’une réunion stratégique, tenue samedi en visioconférence, sous la direction du Président sortant, Cyrille Ramaphosa.

Organisée, à quelques jours de la tenue de la Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union  africaine, devant investir le Congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République démocratique du Congo, en qualité de Président en exercice de l’Organisation panafricaine, exercice 2021-2022, cette réunion est préparatoire en prélude de l’investiture du Président Félix  Antoine Tshisekedi Tshilombo au perchoir de l’UA.

A cette occasion, Dr John Nkengasong du CDC Africa a présenté, au cours de ces assises, tenues en virtuel, le rapport sur la situation épidémiologique de la crise sanitaire actuelle sur le continent africain.

Ces assises ont connu la participation, par visioconférence, du Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, futur président en exercice de l’Union africaine, du président  de la Commission  de l’UA, le Tchadien  Moussa Faki Mahamat, des présidents des Communautés économiques régionales et du responsable  du CDC Afrique.

Il sied de rappeler que les Chefs d’Etat et de gouvernement, membres du bureau de l’Assemblée des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA se sont réunis le 24 décembre 2020 par visioconférence pour statuer sur les modalités de la tenue du 34ème Sommet de l’union.

La question était celle de savoir s’il se tiendra au siège de l’union à Addis-Abeba en mode présentiel ou bien en visioconférence, tout en tenant compte de la crise sanitaire qui sévit sur le continent. Les débats engagés n’avaient pas permis de dégager une option consensuelle.

Pour Moussa Faaki Mahamat, président de la Commission de l’UA, la présence de chacun semble nécessaire, notamment pour l’installation de la nouvelle équipe dirigeante de l’organisation continentale.

Selon le Dr John  Kengasong,  responsable d’Afrique CDC, la rencontre pourra se tenir en mode virtuel si les statistiques de contamination de la COVID-19  n’ont pas baissé.

Pour sa part, Denis Sassou N’Guesso, Président en exercice de la CEEAC, s’était exprimé pour la tenue du futur Sommet en visioconférence, eu égard à deux préoccupations, à savoir,  le rebond de la pandémie du coronavirus en Afrique et l’apparition d’une nouvelle forme du virus, lequel a déjà touché un pays du  continent, l’Afrique du sud.

Le Président  Cyril Ramaphosa  quant à lui, a suggéré de procéder à une certaine période d’observation, à la suite de laquelle il faudrait se prononcer sur la tenue présentielle du Sommet de février prochain. ACP/ CL/May